Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

Un robot « à tout faire » pour les champs de bataille !

k3957462.jpg

Après l’exosquelette HERCULE et le robot terrestre MINIROGEN, la Direction Générale de l’Armement (DGA) planche sur un robot terrestre polyvalent, autrement dit un robot à tout faire pour l’armée de terre.

Les robots envahissent les champs de batailles. Après les drones et les robots tueurs, voici un projet de robot terrestre polyvalent (RTP) ! « Les missions principales visées pour le RTP sont des missions de types surveillance, reconnaissance et renseignement sur des zones de grandes superficie avoisinant plusieurs dizaines de km², mais également des missions de type mule ou transport de matériels. » précise la DGA dans une demande d’information destinée à l’industrie. 

La DGA s’intéresse à la faisabilité technique et financière de ce robot et demande donc à l’industrie des informations sur les « technologies et architectures existantes pour les plates-formes robotiques capables de réaliser des missions opérationnelles variées », explique-t-elle. Concrètement, ce robot  remplacera les soldats dans ces missions dangereuses où ils sont les plus exposés au feu ennemi.

Il pourra également transporter les charges lourdes en zone de combat au service des soldats. Enfin, il pourra réaliser les tâches les plus pénibles et répétitives. Le RTP servira aussi à évaluer l’intérêt de la robotique pour d’autres missions telles que la cartographie, l’ouverture d’itinéraires et l’illumination de cible ou encore la destruction d’explosifs.

Qu’est-ce qu’un bon robot terrestre polyvalent ?

Pour devenir le meilleur robot terrestre polyvalent possible, il devra tout d’abord avoir une autonomie suffisante sur champ de bataille, ainsi qu’une fiabilité et une efficacité sans faille, quelle que soit la sévérité de l’environnement et dans le plus grand nombre d'environnements urbains et périurbains possibles. « Cela sous-entend des capacités de mobilité sur route bitumée et sur tout chemin, voire tout terrain au sein d'environnements déstructurés », précise la DGA.

Ce robot devra présenter une architecture mécanique et logicielle suffisamment ouverte, modulaire et évolutive pour pouvoir être « mis à jour » ou amélioré en continu. Sa masse idéale sera comprise entre 500 kg et 1 tonne et, en aucun cas, n’excédera  2 tonnes. 

Le RTP et son poste de contrôle commande sera transportable par route jusqu’au centre des opérations. Deux personnes, hors pilote de sécurité, contrôleront l’engin. La liaison entre le poste de contrôle et le robot sera opérationnelle sur 360 degrés. Sa portée sera de l'ordre de 3 km en milieu ouvert et de 1 km en milieu urbain.

Ce projet entretient les craintes liées à l’absence de chaîne de responsabilité claire en cas de recours à la force létale. Le plan « France robots initiatives », soutenu par Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, vise une réflexion sur ces questions éthiques. Il s’intéressera notamment à l’acceptabilité éthique et sociétale des robots dans les domaines de la défense et de la sécurité. Ce travail débouchera sur une charte éthique ou déontologique.

Sources :

http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/informatique-electronique-telecoms-thematique_193/un-robot-a-tout-faire-pour-les-champs-de-bataille-article_85713/

Auteur : Matthieu Combe, journaliste scientifique

Article Publié le : 29 octobre 2013

 

Nanorobots spermatozoïdes pour combattre l'infertilité

Pour lutter contre l'infertilité, l'Institut de nanosciences de Dresde (Allemagne) a développé le "spermbot", fusion d'un vrai spermatozoïde et d'un nano-tube.

838240.jpg

Chaque spermatozoïde, muni d'un nano-tube, se pilote par champ magnétique (Capture d'écran YouTube)

Des spermatozoïdes robots pour procréer? Comme le rapporte New Scientist, des recherches menées à l'Institut de nanosciences de Dresde ont permis de mettre au point le "spermbot", soit un spermatozoïde de taureau coiffé d'un nano-tube métallique, ce qui le rend guidable par champ magnétique.

Sans danger pour le corps humain

Le nano-tube de 50 microns de long pour 8 microns de diamètre est en effet composé de nanoparticules de fer et de titane. Un aimant peut donc permettre de le guider pour faciliter la fécondation d'un œuf dans le cadre d'une PMA – procréation médicalement assistée –, ou pour conduire un médicament à un endroit spécifique du corps humain.

Le leader du projet, Oliver Schmidt, explique que les spermatozoïdes sont une option intéressante parce qu'ils sont sans danger pour le corps humain, n'ont besoin d'aucune source d'alimentation externe, et peuvent nager à travers des liquides visqueux.

"Ce type d'approche hybride pourrait ouvrir la voie à d'autres microsystèmes robotiques efficaces", explique Eric Diller de l'Université de Toronto, au Canada, bien qu'il soit difficile d'obtenir que des micro-robots à nagent aussi vite que les cellules biologiques en elles-mêmes.

Source: BFMTV

http://www.bfmtv.com/planete/nano-robots-spermatozoides-combattre-linfertilite-666802.html

Article rédigé par : François Bouttemy

Publié le : Le 13/12/2013 à 16:18 Mis à jour le 13/12/2013 à 16:29

k3340711.jpg

Brève HER

Voilà deux articles qu’il m’est apparu intéressant de soumettre à votre lecture critique.

Nous nous sommes tous à un moment ou à un autre interrogé sur cet emballement technoscientifique qui, qu’on le veuille ou pas, se retourne contre les hommes et les femmes.

Les citoyens dépassés par le temps qui s’accélère et les productions nouvelles qui les harcellent à partir du marketing consumériste de masse conçus pour conquérir leur conscience et l’anesthésier.  

Jusqu’à une période proche l’Homme fabriquait ses outils ; des outils totalement adaptés à ses besoins, à son échelle de temps et à ses projets. Il connaissait le sens de son travail. Il pouvait se projeter dans le futur tout en inscrivant sa singularité dans un destin collectif et la solidarité intergénérationnelle.

Or qu’en est-il aujourd’hui?

Un renversement radical. C’est la technoscience qui désormais est en train de fabriquer l’homme et la nature qui sont assujettis aux besoins de la finance internationale et des lobbies des multinationales au nom d’un illusoire progrès qui serait le fruit de la réussite de la technique triomphante, des forces du marché et de la fée croissance nouveau passage obligé du bonheur.

L’Homme déraciné, la culture humaniste arraisonnée,  la disparition à terme du naturel, voilà semble-t-il ce qui, en creux, nous est dit dans ces deux articles.  

usine.jpg

N’hésitez surtout pas à réagir, à dire votre sentiment sur cette brève analyse.

Ainsi pourra commencer un travail véritable de remise en perspective du modèle de société qui nous est proposé qui ne nous engage pas, mais pas du tout, dans le sens de notre idéal d’Ecologiste qui prône l’édification d’une société où l’Homme et la Nature, dans toutes ses manifestations, retrouveront leur place dans le cadre d’un contrat planétaire équilibré et juste.

Et que l’on ne vienne pas nous faire un procès en sorcellerie utopiste, que l’on nous oppose des arguments recevables.

Bernard FRAU

Délégué général «HER »

Vice-Président « Le Rassemblement Citoyen » 



13/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 618 autres membres