Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

Thyroïde: une opération sur cinq inutile, alerte l'UFC-Que Choisir

L'ablation de la thyroïde est encore trop systématique en France et fait courir des risques injustifiés aux patients, selon la revue de consommateurs Que Choisir Santé qui fait état d'"une opération sur cinq inutile".

1549993-focus.jpg
La mortalité liée aux cancers de la thyroïde est en baisse en France depuis 10 ans  

Philippe Huguen ©AFP/Archives

L'ablation de la thyroïde est encore trop systématique en France et fait courir des risques injustifiés aux patients, selon la revue de consommateurs Que Choisir Santé qui fait état d'"une opération sur cinq inutile".

"Au vu des surtraitements dénoncés en France, et des études scientifiques qui s'accumulent pour dénoncer la pratique excessive d'ablation de la thyroïde, l'UFC-Que Choisir en appelle jeudi aux pouvoirs publics "pour urgemment reformuler des recommandations à destination des médecins et améliorer l'information des patients".

La mortalité liée aux cancers de la thyroïde est en baisse en France depuis 10 ans (375 décès l'an dernier contre 478 en 1999), mais le nombre de cancers, lui, a été multiplié par 3 depuis 1990 (8.211 en 2012 contre 2.531 en 1990), rappelle l'association qui publie un dossier à ce sujet dans le numéro d'octobre de sa revue "Que Choisir Santé".

Cette recrudescence est liée à la détection, nouvelle, de petits, voire d'infimes nodules (moins de 1 cm, voire 2 mm), analyse-t-elle.

Or, "ces petits nodules, même cancéreux, bien souvent n'évoluent pas et ne devraient pas être retirés mais faire l'objet d'une surveillance", poursuit Que Choisir.

Une attitude recommandée en août dernier par des experts américains dans le British Medical Journal (BMJ).

Ils y évoquaient des micro-cancers de type papillaire qui est très fréquent (environ 80% des cancers de la thyroïde), d'excellent pronostic.

Mais en plus, "on opère encore pour des nodules qui ne sont même pas cancéreux", déplore le magazine, citant "un rapport resté trop confidentiel de l'Assurance maladie" (ndlr document de juillet 2013 disponible en ligne), selon lequel "21% des ablations sont pratiquées pour des nodules en fait bénins".

La trop fréquente "impasse sur les examens préalables" constitue l'explication principale de ce surtraitements : une personne opérée sur cinq n'a pas eu d'échographie et 7 sur 10 n'ont pas eu de cytoponction (prélèvement de cellules pour analyse). Or la combinaison de ces deux examens permet d'estimer la nature du nodule qui "dans 65 % des cas, s'avère bénin".

Environ 40.000 thyroïdectomies (ablations de la thyroïde) sont réalisées chaque année en France. Elles concernent des femmes dans 80% des cas.

Pour sa part l'Institut du cancer (INCa) rappelle avoir réalisé avec la Haute autorité de santé (HAS) un guide sur la prise en charge d’un cancer de la thyroïde en 2010 (http://bit.ly/157aqkN).

Pour la HAS, l’intervention n’est pas justifiée en cas de nodule bénin, et, pour les cancers de très petite taille, l’opération (ablation complète) est très discutée, d’autant qu’elle n'est pas anodine et peut nécessiter un traitement par hormones thyroïdiennes à vie, qui a ses complications propres.

Source : MEDISITE

http://sante.planet.fr/revue-du-web-thyroide-une-operation-sur-cinq-inutile-alerte-lufc-que-choisir.466644.41633.html?xtor=EPR-56-466987[Medisite-Info-Sante]-20131004

Publié par AFP le Jeudi 03 Octobre 2013 à 19h03

Photo : Philippe Huguen ©AFP/Archives

 



04/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 618 autres membres