Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

Manifeste des médecins et soignants indignés pour la Liberté de soigner

Comprendre ce qu’en réalité est un essai thérapeutique

Otto Klein a servi de cobaye au tristement célèbre Dr Mengele avec son frère jumeau Ferenc, à Auschwitz.

Extrait

« Dès leur arrivée au camp, les deux frères de 12 ans sont repérés et présentés au docteur Mengele, dont ils n’ont alors jamais entendu parler. Ils sont admis au «bloc des jumeaux», où s’entassent une centaine de petits garçons et bien d’autres malades sur lesquels le docteur mène des expériences.

«Nous étions examinés par divers médecins prisonniers. Nous avons été vus par un ophtalmologue, on a même pris nos empreintes dentaires. On nous faisait aussi des prises de sang. Ils nous injectaient peut-être aussi des choses, je ne sais pas.

Nous avons subi des examens cliniques, psychiatriques, tout. C’était certainement une préparation pour l’examen final, qui devait avoir lieu après notre mort.

On a appris que ça avait déjà été fait avec des jumeaux tziganes qui avaient été tués. Le docteur Mengele nous a convoqué plusieurs fois lui-même et nous a examinés cliniquement. Il nous a tout mesuré, même le petit doigt.» ……… la suite : un clic sur le lien

http://www.letemps.ch/page/Uuid/17bf304a-b50a-11e3-b5d1-d7f6272333fa

 

Pourquoi j’appelle à soutenir et à relayer.

Par Bernard FRAU

Il m’a semblé absolument nécessaire et important de relayer cet Appel du Docteur Delépine.

D'abord parce que je connais ce médecin et je suis assuré de la sincérité de son combat ainsi que de son engagement et de son dévouement profonds au service d’une médecine humaine et tournée toute entière en direction des patients qui en confiance s’en remettent à leur « docteur ». Celui qu’ils ont choisi en totale liberté.

Ensuite parce que je ne supporte pas l’idée que dans le colloque strictement privé patient-médecin puisse interférer et s’imposer une logique supra-médicale au service d’intérêts qui n’ont rien à voir avec la santé publique.

Enfin parce la tendance générale introduite dans  l’ombre, il y a déjà plusieurs années, s’impose actuellement en pleine lumière, notamment dans le traitement des cancers, comme le « nec plus ultra » des futures avancées de la médecine à savoir le développement des essais thérapeutiques et la multiplication des tests et examens divers. Pourquoi parce que l’on veut faire croire que ces « essais », ces « tests » et ces « examens divers» constituent des actes de soins alors qu’il n’en est rien. Ces actes de « non soins », en s’appuyant sur la peur de la mort et l’angoisse de la maladie de chacun d’entre-nous, ne servent au final qu’à conditionner les citoyens pour mieux les conduire à intégrer le « cirque » de la surconsommation médicale et de la surmédicalisation.

La mission des médecins ne doit pas s’écarter de ce principe de base de grandeur humaniste et d’humilité fondamentale « « soulager toujours, guérir parfois, sauver si possible ».

Cette mission n’a rien à voir avec les stratégies des acteurs de ce qui est devenu le juteux marché de la santé qui s’appuie sur un complexe industrialo-pharmaceutique et médical qui permet aux grandes firmes pharmaceutiques de se gaver, à des médias complaisants,des experts médicaux parfaitement informés, des autorités de santé et des politiciens véreux d’y trouver avantages divers et variés.

La santé ne doit pas être l’otage de capitaines d’industrie priorisant les rentabilités financières à 30% ou de nouveaux « professeur Mengelé », en mal de publication, sois disant destinées à faire avancer la science médicale. C'est malheureusement ce qui se profile désormais à l'horizon.

C’est pourquoi j’invite et je prie les lecteurs de ce blog de contacter leur médecin personnel afin de l’inciter à rejoindre ce mouvement de résistance et d’indignation et réclamer la création d’une Mission parlementaire pour la liberté de soigner.

Bernard FRAU

devant le ministère de la santé.png

Porte-Parole Amétist (*)

Délégué général HER (**)

(*) Aide aux Malades En Traitement Individualisé en Spécialité Tumorale

Site : http://www.ametist.org

(**) Humanisme-Ecologie-République

Site : http://www.humanisme-ecologie-republique.fr/

 

Appel à la création d'une mission parlementaire

APPEL DE LA PITIE DU 4 /4/ 14 à une Mission parlementaire pour la liberté de soigner.

Auteur : docteur Nicole Delépine pédiatre oncologue médecin des hôpitaux (+)

Nous , médecins libéraux et hospitaliers tous grades et modes d’exercice confondus , cliniciens , généralistes , oncologues , psychiatres , chirurgiens , radiothérapeutes , biologistes, et toutes spécialités , pharmaciens , sages-femmes et soignants INDIGNES, appelons à une mission parlementaire sur la mise en cause de la Liberté de soigner, seule garant du respect du serment d’Hippocrate, du code de Nuremberg, de la loi d’Helsinki, et des droits constitutionnels fondamentaux de l’Etre Humain.

Ces garants des droits de l'homme nous paraissent gravement mis en cause par la mise sous tutelle bureaucratique des médecins et soignants dont les prescriptions et actes sont soumises à mille normes administratives et injonctions scientifiques élaborées sous le joug exclusif de la "médecine des preuves" dans laquelle la rédaction des protocoles est largement soumise à des conflits d'intérêt majeurs avec les lobbies pharmaceutiques, dont les déterminants sont uniquement les essais thérapeutiques le plus souvent randomisés et en général promus par l’industrie (propriétaire des résultats) et ringardisant tous les données acquises de la science antérieures et / ou non basées sur des essais ouverts

La médecine dite des preuves privilégie outrageusement les méthodes chimiques de traitement et marginalise toutes les autres approches basées sur le patient singulier et non sur le collectif, transformant par exemple selon l’expression d’un médecin spécialiste d’un centre palliatif reconnu «notre médecine de la douleur en médecine de dealer».

Depuis 1991 la bureaucratie détruit progressivement la médecine à travers des circulaires, décrets et lois successives et son achèvement avec la loi HPST de 2009 et des plans nationaux comme les plans cancer.

Elle a mis en place des pouvoirs administratifs démesurés et antidémocratiques sans contrepouvoirs, trop souvent au service des lobbies politico médiatico- médico pharmaceutiques. 

Les agences régionales de santé (ARS) dont les directeurs ont tout pouvoir autocratique de fermer des établissements et/ou des activités sans recours réel, et de licencier des médecins insoumis aux diktats représentent l’inquisition moderne à un prix de revient élevé de leur fonctionnement (2,5 milliards d’euros).

La sécurité sociale, sous le joug du ministère de la sante est sommée d’appliquer les règles de remboursement des soins établis par sa tutelle ministérielle, de rembourser des médicaments inutiles et/ou dangereux ou expérimentaux (médicaments hors liste), et d’organiser le harcèlement des médecins libéraux par les contrôles, les limitations de leur droit de prescription et leurs soumissions obligées aux objectifs du ROSP.  

Au lieu de boucher le « trou » le ministère le creuse en obligeant la sécurité sociale à financer des activités (telles que la recherche et la prévention) qui ne relèvent pas de sa mission première (rembourser les soins des malades). 

Les déserts médicaux sont plus la conséquence de la désespérance des médecins et soignants comme en témoigne le nombre croissant de suicides, que du nombre de médecins.

Ce dernier est encore relativement suffisant mais les médecins français peuvent être amenés à préférer le salariat dans des postes non soignants en laboratoires pharmaceutiques ou instances bureaucratiques que l’exercice au chevet des malades et les médecins étrangers ne tarderont pas à fuir la France comme le font de plus en plus les médecins français dans ces conditions peu rémunératrices d’exercice liberticide. 

Le code de déontologie impose au médecin de travailler en toute indépendance professionnelle. Ce devoir est devenu impossible à respecter vu les injonctions de prescription des traitements, de vaccins souvent discutables, de dépistages inutiles et les multiples comités en milieu hospitalier avec des « protocoles » de prise en charge (contre les infections , contre la douleur ,les check listes d’anesthésie etc.) et les injonctions de la sécurité sociale pour les libéraux. La soumission aux objectifs du ROSP constitue d’ailleurs un exemple de tentative de corruption institutionnalisée puisque le médecin qui les atteindrait par son influence sur ses malades recevrait pour cela jusqu’à 9000 euros…

Rappelons que la loi dit que le patient reste libre du choix de son médecin et décide avec lui son traitement (code de santé publique).

Cela est déjà devenu impossible en cancérologie : les circuits fléchés par l’Institut national du cancer (INCa) conduisent à des réseaux fermés obligatoires, (eux-mêmes -sous contrôle des ARS et de la Haute autorité de santé) qui imposent des traitements standardisés, le plus souvent possible des essais thérapeutiques dits « protocoles ».

Le libre choix ne l’est plus puisque des parents qui refusent un essai se voient menacer du juge pour leur retirer la tutelle de leur enfant. 

En médecine de ville la mise en place obligatoire des mutuelles qui obtiendront rapidement le droit à des remboursements différenciés selon des listes de praticiens agréés par l’organisme fait voler en éclat le concept même de libre choix.

Il est temps d’avertir nos élus du danger qui menace notre système de santé dans lequel le rôle des professionnels reste majeur. Rien ne peut se faire sans eux. Les multiples tentatives administratives « d’organisation » en couches successives tant des hôpitaux que des maisons de santé, parcours de soins etc. sont à mille lieux de la Vraie vie et de la vraie médecine qui repose avant tout sur le dialogue singulier médecin-patient. 

Toutes les démarches pour imposer une médecine collectiviste digne des dictatures socialistes des anciens pays de l’Est échoueront mais laisseront sur leur chemin chaotique trop de victimes innocentes. 

Dans ce contexte se développe une politique de la peur qui tente de museler toute opposition à cette démarche technocratique dominante dont les effets destructeurs sont sous-estimés par les acteurs de santé et les équipes de soin. Nous nous devons de dénoncer cette situation et entrer en position de résistance face à une telle surdité des appareils et des élus.

Mmes Mrs les Députes les Sénateurs, écoutez les professionnels de terrain dévoués et honnêtes et loin des conflits d’intérêt et du pouvoir et sauvez notre liberté de soigner et de penser.

Retrouvons ensemble la dignité de penser et sauvons notre démocratie tellement mise à mal avant qu’il ne soit trop tard.

Créé le 12/04/2014

53 commentaires

  • Andre

Le 18/04/2014 à 17:36:06

Courage!

  • Jesus

Le 18/04/2014 à 17:13:29

Plus de bon sens et moins de connivence... La médecine et la santé en général devraient être des domaines sur lesquels on ne devrait pas pouvoir spéculer. Les labos ne devraient pas être cotés en bourse. Les médecins ne devraient pas avoir de lien avec les labos et se rappeler qu'ils ont prêté le serment d'Hippocrate et non d'hypocrite... Les médecines naturelles devraient être reconnues et privilégiées. Il faudrait la prévention et non la dépendance aux médicaments.... véritable "toxicomanie", dans pas mal de cas, financée avec les deniers de l'Etat.

  • Monique

Le 18/04/2014 à 13:51:11

Je découvre cette pétition et du coup le site de Madame Delépine, un combat très intéressant et courageux de sa part avec des vérités que l'on connaissait déjà ou soupçonnait, mieux dévoilées. Merci Docteure !

  • Isabelle

Le 18/04/2014 à 12:09:16

00Alerter

Tout est dit dans cet "appel" ! Que nos responsables politiques s'engagent et sapent le nouvel ordre de la santé publique soumises aux diktats des lobbies de l'industrie pharmaceutiques ! Car nous allons vers un scandale national devant lequel celui du "sang contaminé" n'est rien.

  • Ludovic

Le 18/04/2014 à 09:23:13

Pfft...Lobbying pharmaceutique qui continue...!

Pour signer la pétition 


http://www.mesopinions.com/petition/social/manifeste-medecins-soignants-indignes-liberte-soigner/11848

(+) Site du docteur Delépine 

2067749_14423969-delepine2colmax-20130412-r145g_298x224.jpg

http://www.nicole.delépine.fr



18/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 616 autres membres