Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

Les Ecologistes de l'Eure protestent!

«Les Ecologistes de l’Eure» sont contre le Projet de Méthanisation du Président Jean-Luc Recher.

 

Par Philippe Hachet, Militant «Les Ecologistes de l'Eure»

 

L’enquête publique relative à l’installation d’une unité de méthanisation dans la région de Gaillon vient de se terminer. Les écologistes de l’Eure ont donné un avis défavorable à ce projet. Favorables au développement de la technologie de méthanisation, ils demandent que le projet soit revu afin qu’il soit adapté à la région de Gaillon et qu’il respecte les principes de base du procédé: proximité de l’approvisionnement, proximité de la valorisation.

 

Aujourd’hui, ils continuent leur action de sensibilisation citoyenne en diffusant aussi largement que possible leurs arguments qui doivent en raison, entrainer le rejet officiel du projet. Ils demandent à la population vivant à proximité du projet de se mobiliser.

 

Pourquoi être contre cette implantation? C'est l'objet de ce court article qui demande probablement à être complété.

 

En premier lieu, l’attitude des élus pose question.

 

Le bulletin d’information de la Communauté de communes Eure-Madrie-Seine mentionne un flux de 8 véhicules/ jour, or le document de l’enquête indique 18. Ce même bulletin donne un approvisionnement en déchets dans un rayon de 15 km or le document d’enquête prévoie un:«approvisionnement depuis toute la France».

 

Les élus concernés par le projet ont été saisis, via la presse écrite locale, de questions précises par un habitant de Saint Aubin sur Gaillon. Ceux-ci n’ont pas daigné répondre. Pourquoi ces mensonges? Pourquoi ce silence?

 

Ensuite la taille du porteur de projet inquiète.

 

La société demanderesse «biogaz de Gaillon» est une société récente dont les statuts ont été étrangement modifiés il y a peu de temps. Elle ne fait état d’aucune expérience dans le domaine de la méthanisation. Son capital n’est que de 10.000€ - ce qui paraît ridiculement bas au regard du coût global de l’investissement.

 

De plus la Sté Biogaz de Gaillon a déclaré pour l’année 2010 des pertes d’un montant de 6.374€. On note enfin qu’aucun salarié n’y travaille….! On peut, dans ces conditions, légitimement s’interroger sur les capacités de cette société à assurer un véritable suivi professionnel des fournisseurs potentiels de déchets. Lourde responsabilité. Comment fera-t-elle? D’autant que la prévision de création d’emplois, élément important pour les écologistes, inscrite au projet est ridiculement faible.

 

Les données de base ne sont pas cohérentes.

 

Le projet de méthanisation a été présenté comme un complément «d’excellence» à l’extension de la Station d’épuration d’Aubevoye – STEP –. Celle-ci apportera 2000 tonnes/an de déchets à traiter sur les 30.000 nécessaires au fonctionnement normal de l’unité de méthanisation.

 

Quid des 28000 tonnes manquantes dont les documents disponibles à l’enquête ne précisent pas l’origine si ce n’est qu’ils proviendront d’ailleurs et, pour partie, de toute la France.

 

De son côté l’association Solagro note parmi les points positifs que «le procédé de méthanisation évite le transport des déchets sur de longues distances» et que «la lutte contre l’effet de serre est un de ses objectifs».

 

Le projet ne répond pas aux attentes des écologistes.

 

En l’état actuel, le projet tel qu’il est proposé méconnait gravement ces deux éléments écologiques de base. Au contraire, il va à l’inverse des buts annoncés du procédé. Loin d’être écologique le projet de construction de l’unité de méthanisation du Maire d’Aubevoye est particulièrement anti-écologique.

 

S’agissant des aspects valorisation mis en avant pour justifier la création de l’unité en question il s’avère que la méthanisation par elle-même ne suffira pas pour réaliser les objectifs énergétiques nécessaires à l’équilibre du projet. Il est donc prévu la mise en place d’une structure supplémentaire – filière bois – qui viendra compléter la méthanisation. Combien cela coûtera-t-il? Aucune indication ne figure au dossier d’enquête publique soumis à la population.

 

Les risques ne sont pas ou mal évalués.

 

Enfin il faut relever que dans sa conception l’unité envisagée serait «sources potentielles d’émissions atmosphériques: fuites de cuves de méthanisation et de maturation». Chacun sait que le gaz en question est explosif, corrosif et toxique……!

 

L'écologie n'est pas un alibi

 

Si d’un point de vue technique et écologique, il est demandé l’élaboration d’un nouveau projet, il reste politiquement à observer que les méthodes de gestion écologique des projets publics de Jean Luc Recher, qui cumule allègrement, les mandats de Maire, de Conseiller Général et de Président de Communauté d’Agglomération, restent invariablement les mêmes. Pour cet élu, l’écologie n’est qu’un moyen parmi d’autres de capter des voix lors des élections. L’intérêt des habitants ne semble pas le préoccuper plus que cela.

 

Quid du soutien d'EE-Les Verts à Jean-Luc Recher!

 

Il est dans notre Région une autre constante qui ne manque pas de nous interroger. Pourquoi Europe-Ecologie-Les Verts en Haute-Normandie apporte-t-il son soutien à un élu qui n’en finit pas de se comporter comme le pire des opposants aux Ecologistes. Avant ce dossier Jean-Luc Recher s’est illustré dans l’affaire Duhamel – entrepôt Seveso – puis lors de l’affaire Severn il n’a pas hésité un seul instant à faire pression pour obtenir la non diffusion d’un film destiné à engager un débat citoyen à Gaillon entre la population et les écologistes. Pourquoi ce soutien constant?



05/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 615 autres membres