Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

"J’ai adressé à notre Ministre de la Santé un courrier..."

Je ne résiste pas à l’envie de vous inviter à vous intéresser au texte ci-dessous rédigé par un ami, impliqué depuis toujours en matière d’affaires sociales et de santé.

Ce texte mis en ligne sur son blog le 25 février 2014 mérite d'être largement consulté. 

Vous y retrouverez l’amertume qui est la nôtre s’agissant du peu d’écoute que réserve la Ministre Marisol Touraine aux personnes qui ont à lui dire combien le service public de la santé ne va pas bien et combien il mériterait d’être réformé pour faire une meilleure place aux patients aux médecins et personnel soignant.

Là comme ailleurs, comme dans l’industrie, la priorité y est donnée désormais à la gestion du personnel, la diminution des dépenses, la paperasse, les statistiques, l’évaluation – pour ne pas dire le flicage – tatillonne et secrète des médecins, le regroupement des sites pour faire des économies d’échelle (sic).......

Les directions des Hôpitaux s’en donnent à cœur joie et prennent leur revanche sur le corps médical et du coup la mission première des établissements hospitaliers qui reste avant tout d’accueillir, de soulager de soigner et si possible de guérir y est de plus en plus oubliée.

En ses lieux et place, la voie, tracée par les dirigeants politiques et imposée par la haute comme la petite administration, pose le malade au mieux comme un objet à réparer au pire comme un objet réduit à sa pathologie, voir comme un cobaye ou un rat de laboratoire soumis à des essais thérapeutiques trop souvent sans son consentement ou celui de ses personnes de référence.

La maladie est devenue un sujet dont qu'on aborde de façon mécanique et robotisée à partir de traitements normalisés pondus par des professeur-experts qui se moquent des diagnostics cliniques comme de leur première blouse de praticien.

Professeur-Experts dont la proximité avec l’Industrie du Médicament et des traitements est maintenant d'autant plus étroite qu'elle se construit sur d'autres motivations, celles-ci bien éloignées de la déontologie du métier.

La relation personnelle et singulière du colloque patient/soignant qui prévalait jusqu'à maintenant est transformée et remplacée par les conférences de praticiens où le patient n'est pas présent sinon à travers un dossier statistique, où sa parole n'est donc pas entendue, où l'on s'assure qu'au final les recommandations venues d'en haut lui seront bien appliquées.

manif 18 01 ap-hp.jpg

Le cas emblématique de la mise en place généralisée de ce système actuellement est la fermeture annoncée du service d'Oncologie pédiatrique de l'Hôpital Raymond Poincaré de Garches dirigé par le Docteur Nicole Delépine. Je reviendrai dans un prochain article sur ce dossier scandaleux sur le fond comme sur la forme.

La Maladie et ses conséquences nous concerne tous à un moment ou à un autre directement ou indirectement il nous y penser et exiger que notre parole soit entendue au même titre que celle des soi-disant experts qui ont fréquentés jusqu’en 2011 les universités d'été "Pharmaceutiques" qui se tenaient dans le Lubéron, au château de Lourmarin (*).

Tous s’y retrouvaient pour parler « Santé » : ministres de la Santé – anciens ou en place –, représentants de l'Assurance-maladie, des mutuelles ou des autorités sanitaires.

Le temps doit venir de nous rassembler et de réfléchir au moyen de sortir de cette infernale mécanique qui broie les être humains en situation de vulnérabilité.

Bonne lecture donc, vos commentaires seront les bienvenus.

 

Bernard FRAU

Délégué général

Humanisme-Ecologie-République


(*) Consulter le lien ci-dessous pour plus d’info sur le Davos du Médicament

http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20130510.OBS8616/dimanche-17h-daniel-vial-l-ami-de-cahuzac-et-des-labos-sort-de-l-ombre.html

 

*********

 


Courrier de James Mauvillain

 

« Voici un mois (janvier 2014 ndlr), j’ai adressé à notre Ministre de la Santé un courrier dans lequel je posais un problème de soins… Je comptais au moins une réponse d’un de ses services m’assurant que mon courrier avait été reçu et que le sujet exposé serait examiné…

Ces accusés de réception polis, sont-ils abandonnés pour des raisons budgétaires… ou bien à cause de réductions de personnel… ou pire, mon courrier s’est-il perdu ?

A l’époque des mails, SMS ou MMS, la Poste est-elle toujours fidèle ?...

Doit-on maintenant adresser nos courriers importants en « Recommandé avec Accusé de Réception » ? Ce que l’on peut d’ailleurs faire par le Web, avec La Poste !

Un recommandé concernant des Services Officiels, il me semblait cela ne se faisait pas… que cela n’était pas convenable…

Bon, le problème que je posais est-il dérangeant à ce point qu’il vaut mieux l’ignorer ?

Puis-je vous en dire deux mots, ici, sans encourir des ennuis ?

Mon propos concerne un malade hospitalisé depuis de longs mois pour diverses interventions au travers de plusieurs services et pour des examens en tous genres…

Le Service de Néphrologie, qui l’accueille au moment de mon courrier, concerne des dialyses régulières, bien établies, qui ne nécessitent plus une hospitalisation, seulement une prise en charge trois fois par semaine…

Le service envisage donc son retour au domicile… Normal………

La suite sur : LES HABITUDES, LA POLITESSE, se perdent-elles ?

http://www.jamesmauvillain.fr/

 



03/05/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 616 autres membres