Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

Algues Vertes: le décret scélérat!

Le décret qui vise au relèvement des plafonds d’épandage d’azote dans les exploitations agricoles vient d’être publié au ce mardi 11 octobre 2011 au Journal officiel.

Ce décret signé par Nathalie Kossusco-Morisset et Bruno Lemaire respectivement ministre de l’Écologie et Ministre de l’Agriculture va, selon Eau & Rivières de Bretagne «permettre d’augmenter de 20% les quantités d’azote organique épandues sur les sols».

Le nouveau décret prend en compte désormais dans le calcul des surfaces épandables, les «surfaces à proximité des cours d’eau, du littoral, des tiers» qui jusqu’à présent en étaient exclues.

Il faut se souvenir qu’en Bretagne la bataille contre les algues vertes est vive. La Bretagne «c’est trois millions d’habitants et treize millions de cochons» indiquait un militant d’Eau & Rivières de Bretagne qui met en cause l’agriculture intensive.

Il est vrai que cette région contribue à hauteur de 60% des cochons, 40% de la volaille et 30% des bovins de la production nationale totale.

Au delà des pollutions environnementales générées par l’épandage des déjections animales, chargées en azote organiques et autres pesticides et antibiotiques, qui produisent une prolifération d’algues vertes, la pression est désormais montée d’un cran pour devenir une réelle question sanitaire.

Il est en effet acquis, depuis la parution en aout 2009 d’un rapport de l’INERIS – Institut National de l’Environnement et des Risque – que la décomposition des algues vertes provoque l’émanation de gaz toxiques dangereux: «la quantité de gaz toxiques peut dans certains cas dépasser la dose mortelle». Depuis, la mort de sangliers dans l’estuaire du Gouessant en juillet 2011 est venue corroborer cette conclusion du rapport.

Au printemps 2011 le projet de décret de relèvement des taux d’épandage, avait soulevé la colère des associations de protection de l’environnement qui dénonçaient l’incohérence de ce projet avec le plan de lutte contre la prolifération des algues vertes entériné par le Conseil des ministres en février 2010 pour lequel une enveloppe de crédit de 134 millions d’euros pour la période 2010-2014 dont 40 millions pour l’année 2010-2011.

Déjà en 2007 la France avait été menacée par la Cour de Justice Européenne d’une amende de 28millions d’euros assorties d’astreintes journalières de 117000 euros pour dépassement des normes nitrates sur neuf captage d’eau en Bretagne. Bruxelles avait à l’époque suspendu les poursuites après que les autorités françaises se soient engagées sur un plan d’action à 5 ans qui comportait notamment une réduction de 30% des apports en nitrates – organiques et minéraux – dans les zones concernées.

Alors qu’aujourd’hui, la commission européenne, alertée par les association de protection de l’environnement, exige de la France, dans une lettre en date du 17 juillet 2011, qu’elle fournisse des explications sur sa politique de prévention en matière de prolifération des algues vertes, on ne peut que s’interroger sur les motivations qui sous-tendent ce choix de relèvement des plafonds d’épandages qui mécaniquement conduiront à une augmentation des rejets d’azote organique dans les milieux naturels.

Le poids du lobby agricole a-t-il finit par imposer ses vues à 7 mois des élections présidentielles où Nicolas Sarkozy – le président qui considère que les écologistes sont des intégristes – sera candidat à sa succession?


On peut le croire tant il y a d’incohérence à d’un côté dépenser les deniers publics pour réduire une pollution et de l’autre à prendre des décisions qui ne feront que l’accroître.

Il est sur que demain les Associations de protection de l’environnement de Bretagne ne manqueront pas de mener partout où elles seront entendues les actions de nature à porter un coup d’arrêt définitif à ce mal qui ronge le littoral breton et qui n’est pas sans effet sur la qualité des eaux.

 

 



13/10/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 618 autres membres