Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

Turquie : Erdogan menace d'ouvrir les frontières aux migrants vers l'Europe

 

Turquie-Erdogan-menace-d-ouvrir-les-frontieres-aux-migrants-vers-l-Europe.jpg

"Si vous allez plus loin, ces frontières s'ouvriront", a prévu Erdogan.

@ STR / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS OFFICE / AFP

 

Erdogan n'a pas manqué de réagir après le vote du Parlement européen demandant le gel des négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé vendredi d'ouvrir les frontières pour laisser passer les migrants voulant se rendre en Europe, au lendemain d'un vote du Parlement européen demandant le gel des négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE.

Un policier turc accompagne un migrant rapatrié depuis la Grèce à son arrivée au port d'Izmir, le 4 avril 2016. (Photo : AFP)

 

"Écoutez-moi bien. Si vous allez plus loin, ces frontières s'ouvriront, mettez-vous ça dans la tête", a déclaré Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours à Istanbul. Ankara et Bruxelles ont conclu en mars dernier un pacte qui a permis d'endiguer le flux de réfugiés vers les îles grecques.

 

Source

 

europe 1.png

09h56, le 25 novembre 2016, modifié à 10h10, le 25 novembre 2016

 

http://www.europe1.fr/international/turquie-erdogan-menace-douvrir-les-frontieres-aux-migrants-vers-leurope-2910755

 

Sur le même sujet :

 

Le Parlement européen demande le gel des négociations d'adhésion avec la Turquie

 

Turquie : Erdogan enjoint l'UE de se prononcer sur l'adhésion

 

 

 

Le point de vue HER 558217_611066385602792_694465029_n.jpg

 

le-parlement-europeen-tire-la-sonnette-d-alarme-pour-la-presse-turque_0.jpg

« La Turquie est devenue la plus grande prison de journalistes

au monde », Can Dündar, ancien rédacteur en chef du quotidien

turc d'opposition Cumhuriyet. | Photo d'illustration - AFP

Combien de temps encore notre diplomatie va-t-elle accepter d’être menacée par un dictateur patenté qui ne respecte rien, ni les pactes signés, ni la démocratie et encore moins la liberté d’expression.

 

Ce pays la Turquie que le ministre des affaires étrangères va inviter à Paris pour soutenir la soi-disant « démocratie syrienne » aux côtés des pays européens voudrait nous soumettre à un  chantage inacceptable.

 

Recep Tayyip Erdogan  à la faveur d’un coup d’état putschiste fomenté par des généraux de l’armée turque est actuellement en train de mettre en place en Turquie une purge généralisée contre ses opposants, veut rétablir la peine de mort et organise un régime à sa main personnel et particulièrement centralisé.

1027367873.jpg

 

Fethullah Gülen

L’arrestation de journalistes au seul motif de leur opposition au pouvoir en place, la fermeture de journaux d’opposition, la traque implacable faite aux kurdes du PKK, la chasse aux opposants et militants de la communauté de Fethullah Gülen, accusée depuis deux  ans au moins d’être une organisation terroriste, tout cela indique assez clairement que ce Pays – Erdogan jouit d’un soutien populaire – méconnait  les valeurs de la démocratie européenne.

 

C’est donc à juste titre que le Parlement européen, prenant appui la répression "disproportionnée" qui s’exerce depuis de nombreux mois dans le pays, s’est prononcé contre le gel des négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

le-parlement-europeen-tire-la-sonnette-d-alarme-pour-la-presse-turque.jpg

 

Recep Tayyip Erdogan  aura beau s’époumoner, menacer, exercer chantages et prononcer des diktats en prenant les Turcs à témoin, tout cela ne doit pas impressionner les diplomaties européennes.

 

Il est clair que si Recep Tayyip Erdogan  devait ses  menaces d’ouverture des frontières turques pour permettre aux migrants d’entrer en Europe, alors il conviendrait que les Pays européens répondent à l’escalade turques des moyens ne relevant plus des voies diplomatiques pacifiques.

 

L’Europe ne peut pas prendre le risque d’une déstabilisation politique et de drames humanitaires à ses frontières.

 

Cela doit être très clairement fixé à Recep Tayyip Erdogan  tout en précisant dans cette affaire plus rien n’est négociable.

 

Il convient d’ajouter qu’il devient plus que nécessaire que le conflit syrien cesse dans les délais les plus réduits. La responsabilité des dirigeants européens y est totale de même la stabilité de nos démocraties.

Bernard FRAU

téléchargement.jpg



25/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 613 autres membres