Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

Sénat : Les marchands de morts de l’agrochimie s’en prennent à l’interdiction des néonicotinoïdes

abeilles (2).jpg

Les abeilles, acteurs majeurs de la pollinisation l’échelle planétaire, sont essentielles à la sécurité alimentaire mondiale. Aucune étude scientifique indépendante n’a remis en cause l’importance et  leur rôle irremplaçables dans la chaîne des processus agricoles de cet insecte sacré depuis des millénaires.

L’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) a fait une évaluation économique de l'action indispensable des pollinisateurs pour les rendements et la qualité des récoltes. Celle-ci s’élève à 153 milliards d'euros par an

Mais voilà partout sur la planète les colonies d’abeilles sont détruites de façon catastrophique. En Chine dans certaines régions les hommes et les femmes en sont réduit aujourd’hui à polliniser les vergers à la main tant la destruction est massive et totale.

Pourquoi une telle hécatombe des abeilles?

Les auteurs d'une étude, issus de l'université de Lund en Suède, mais ils ne sont pas les seuls à en faire le constat, indiquent « Les grandes cultures en fleurs sont des sources de nourriture importantes pour les abeilles sauvages, mais elles peuvent se transformer en pièges écologiques si les butineuses sont exposées à des pesticides tels que les néonicotinoïdes ».

Pour mettre un terme à ce problème d’importance capitale pour l’avenir de la planète, l’Union Européenne a décidé d’interdire plusieurs de ces pesticides, hautement toxiques tant pour les abeilles sue pour les êtres humains.

On aurait imaginé que tout le monde applaudirait à cette décision. Mais non, quelques récalcitrants ont décidé de se mettre en travers du bon sens, de la morale et de l’éthique.

Bayer, BASF et Syngenta, leader mondiaux de l’industrie chimique, ont déjà déposé plainte contre l’Union Européenne. Ils réclament l’annulation de l’interdiction qui vise les néonicotinoïdes, ces pesticides hautement toxiques qui leur rapportent deux milliards d’euros par an.

Très clairement ces « monstres » multinationaux –  dont la longue histoire tout au long du 20ème siècle n’est pas à porter à leur crédit – ont choisi de privilégier leurs profits, leur fric, au détriment de l’avenir de la planète, de l’économie mondiale et de la bonne santé du vivant.

Cyniques jusqu’au bout, avec cet argent sale de la mort des abeilles et des cancers des humains, ils n’hésitent pas à se payer, à coup de millions, des campagnes médiatiques auprès du grand public pour dire leur volonté d’agir en faveur du sauvetage des abeilles. C’est ignominieux !

Mais il y a pire encore, en sous-main ils ont engagé une action auprès de parlementaires amis.  La bataille, désormais, est engagée au Sénat.

Le 24 juin dernier, les membres de la commission des Affaires économiques du Sénat sont montés au créneau pour tenter de vider de sa substance l'amendement qui prévoie en France, au 1er janvier 2016, l’interdiction des néonicotinoïdes tueurs d'abeilles et pourvoyeur de cancers humains

"L'impératif environnemental ne doit pas conduire à faire la guerre à l'activité économique", tel est l’argument fallacieux avancé par ces « parlementaires » amis des « monstres agrochimistes» qui entendent bien qu’aucune entrave ne vienne entamer leur progression sur la route de leurs sales profits particuliers.

Rappelons-nous l’action des pollinisateurs en terme économique pèse 153 milliards d'euros par an contre 2 milliards  pour les marchands de mort. Autant dire qu’ils peuvent aller au Diable nous ne pleurerons pas sur leur sort.

Une forte mobilisation citoyenne est aujourd’hui nécessaire pour contrer l’action, auprès des parlementaires, des lobbies inféodés aux marchands de morts Bayer, BASF et Syngenta.

A cet effet je vous invite à vous manifester en écrivant aux sénateurs de votre département.

C’est un combat juste auquel je vous demande de participer. Ce combat est juste car il touche à votre entourage personnel immédiat, mais aussi à l’ensemble des femmes et hommes de la planète concernés par cette ignominie qui consiste à sacrifier le vivant et la santé à quelques misérables profits fussent-ils comptés en milliards.

Alors, envoyez votre message aux sénateurs de votre département, et transférez ce message à tous vos contacts où qu'ils résident, chacun est concerné par le monde que nous laisserons aux générations futures !

Bernard FRAU

Délégué général Humanisme Ecologie-République

 

11011053_1605674066342891_6362645434650496935_n.jpg

 

Message aux Sénateurs

Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur,

Attendu que l'Assemblée nationale a adopté, le 19 mars dernier, un amendement au Projet de loi relatif à la biodiversité (n° 1847), déposé par les députés Delphine Batho et Gérard Bapt, promulguant une interdiction totale des pesticides néonicotinoïdes à partir de janvier 2016 ;

Attendu que ces pesticides sont notoirement responsables du déclin des populations d'abeilles en France et dans le monde, et que de nombreuses études scientifiques démontrent leurs effets clairement néfastes sur l'environnement, la biodiversité, la santé et la sécurité alimentaire ;

Attendu que la recherche scientifique actuelle apporte de nouvelles preuves de l'adaptation des bio agresseurs à une rapidité encore jamais observée, ce qui pose le problème de l'inefficacité à court terme de ces substances pour protéger les cultures, et dresse le spectre d'une crise agricole que personne ne pourrait maîtriser ;

Je vous demande de suivre vos confrères députés dans leur démarche courageuse et responsable, et de prendre la seule décision que le bon sens impose : adopter l'amendement n°754 et interdire, purement et simplement, les pesticides néonicotinoïdes sur le sol français. Cette interdiction serait un signe fort en direction de l'UE et du reste du monde adressé par la France alors qu'elle se prépare à accueillir la COP 21.

 

signer.png le lien  //actions.pollinis.org/stopneonics-senateurs

 

Source du message

logo1.png

 

//actions.pollinis.org/stopneonics-senateurs/index.php

 

LIENS EXTERNES : pour en savoir plus

Voir l'amendement sur le site de l'Assemblée nationale : //www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2064/AN/754.asp

Union Européenne

 

 images (4).jpg



21/07/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 609 autres membres