Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

Santé: dépenses 2016 en hausse

14 avril, 09:59

 

Le comité d'alerte est pessimiste sur le respect de l'Ondam 2016 "Un effet de base défavorable lié aux dépenses plus élevées que prévu des soins de ville devrait avoir un impact sur le respect de l'Ondam 2016.

 

Le respect de l'objectif est confronté, pour le comité d'alerte, à des conditions plus difficiles que les années précédentes.

 

De son côté, le Gouvernement a présenté son programme de stabilité budgétaire."(source Hospimédia 14 04 16)

L’UFML a appelle dans son New Deal pour la santé à la sortie de l’ONDAM de l’enveloppe tarifaire .http://ufml-asso.org/documents/UFML/Federateurs/New-deal-UFML-30-mars-2016.pdf

 

Les faits, une fois de plus lui donnent raison.

 

« La rémunération des médecins doit être détachée du calcul de l’ONDAM. Les médecins ne peuvent continuer plus longtemps à être rendus responsables et coupables des conséquences multifactorielles du déficit de l’Assurance maladie et des choix de gestion politique du pays. La rémunération des médecins n’entre que pour 11 % dans les dépenses de l’Assurance maladie.

Le lien tarif/ ONDAM impacte directement notre modèle sanitaire : fragilisation des entreprises médicales, souffrance et pénibilité de l’exercice, adaptation des pratiques à ces conséquences et abaissement de la qualité des soins, chute démographique médicale par l’augmentation des arrêts d’activité et l’effondrement des installations, augmentation des difficultés d’accès au soin.

L’UFML demande la fin du lien tarif/ ONDAM, la définition d’un tarif opposable à hauteur de la moyenne européenne et son indexation sur le coût de la vie.»

L’ONDAM dont personnes ne connait les bases réelles, ni les modes de calculs, est annoncé non respecté par le comité d’alerte sur l’évolution des dépenses d’assurance maladie, la cause : «un effet défavorable lié aux dépenses plus élevées que prévu des soins de villes »


L’ONDAM ou la politique du doigt mouillé!

 

L’UFML dénonce la politique des experts, qui chaque année enfonce un peu plus notre pays dans une culture de l’échec, et sert de caution aux responsables politiques pour ne pas agir.

L’UFML soutiendra tout candidat et parti, hors extrême, qui aura le courage de rompre avec le dogme de l’ONDAM et extraira l’enveloppe tarifaire de celui-ci.

L’UFML appelle à une nouvelle donne, pour construire l’avenir il faut bousculer le passé.

 

 

  Jérôme Marty

 

Source:

 

 

LOGO_UFML_DEFINITIF.jpg

 

 
 

Dépenses de santé: objectif respecté en 2015, mais 2016 s'annonce plus "difficile"

pharmacien, médicaments, virage ambulatoire, prix, génériques, hôpital, ville

 
 
AFP le
 

Les dépenses de santé ont atteint 181,8 milliards d'euros en 2015, un montant "très proche" de l'objectif fixé par le gouvernement, mais 2016 s'annonce "plus difficile que les années précédentes", prévient mercredi le comité d'alerte sur les dépenses d'assurance maladie.

 

Les dépenses ont été inférieures de 55 millions d'euros au montant prévu dans le dernier budget de la sécurité sociale et ont progressé de 2% par rapport à 2014, précise dans son avis le comité d'alerte.

 

L'objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam), qui vise à freiner l'augmentation naturelle des dépenses liée au vieillissement de la population et au développement des maladies chroniques, a ainsi été respecté en 2015.

 

Pour 2016, les dépenses de santé ne devront pas dépasser 185,2 milliards d'euros, une progression limitée à 1,75% par rapport à 2015.

 

Mais "le respect" de cet objectif se présente "dans des conditions plus difficiles que les années précédentes", prévient le comité d'alerte, qui appelle à "une vigilance accrue".

 

En cause, "des dépenses plus élevées que prévu des soins de ville" (hors hôpital). En 2015, ces dernières ont atteint 83,2 milliards d'euros, soit 270 millions de plus que l'objectif fixé, en raison notamment de l'augmentation des indemnités journalières (+3,5%) et de dépenses d'honoraires médicaux et dentaires plus élevés qu'attendu.

 

Ainsi, "malgré la légère sous-exécution de l'ondam 2015, un effet de base défavorable, pour la première fois depuis de nombreuses années, se reporte sur l'exercice 2016, à hauteur de 200 millions d'euros".

 

"De plus, des aléas financiers pèsent" sur le budget des hôpitaux, sur les objectifs de maîtrise "des dépenses de médecine de ville et sur les dépenses de médicaments, notamment au titre des nouveaux traitements contre le cancer", souligne le comité d'alerte.

 

 

(AFP/PHILIPPE HUGUEN.)

En outre, "même si elle n'a pas de conséquences directes" sur l'ondam, "la revalorisation" des salaires des fonctionnaires annoncée le mois dernier "pèsera sur les dépenses des établissements de santé à hauteur d'environ 150 millions d'euros", rappelle-t-il.

 

Le gouvernement devra donc être prudent, même si, pour l'heure, "le montant des aléas identifiés" par le comité d'alerte est "inférieur aux crédits mis en réserve en début d'année", soit 558 millions d'euros destinés aux hôpitaux et dont le versement peut être annulé en cas de non respect des objectifs.

 

 



14/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 613 autres membres