Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

Pour le chef d'état-major des armées, « on ne gagne pas une guerre sans effort de guerre »

Le chef d'état-major des armées réclame plus de moyens pour la Défense. - Patrick Kovarik - AFP

Dans une tribune publiée ce mercredi par Les Echos, Pierre de Villiers demande que le budget de la défense soit augmenté pour atteindre 2% du PIB (contre 1,7% actuellement). C’est le prix, selon lui, d’une paix "qui ne va plus de soi".

Le chef d'état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers, plaide mercredi dans Les Echos pour un effort budgétaire accru en matière de défense, soulignant qu'"on ne gagne pas une guerre sans effort de guerre".

Au surlendemain de l'attentat au camion-bélier qui a fait 12 morts lundi soir à Berlin selon un bilan provisoire, le CEMA signe une tribune dans le quotidien économique où il demande "une hausse progressive du budget de la Défense" pour atteindre les 2% du PIB, contre 1,77% actuellement.

Daesh n'est pas la seule menace

Il s'agit de "rester capable d'assurer, dans la durée, la protection de la France et des Français face au spectre complet des menaces", écrit-il. "Nous devons prendre garde à ne pas nous laisser aveugler par la seule menace de Daesh", dit le général Pierre de Villiers qui pointe le retour des "Etats puissances" aux portes de l’Europe : "en Asie, au Proche et Moyen-Orient, écrit-il, de plus en plus d’Etats mettent en œuvre des stratégies qui reposent sur le rapport de force, voire le fait accompli".

"Il faut comprendre que le moindre décalage de cohérence entre les menaces, les missions et les moyens s'apparente au grain de sable qui grippe le système et conduit à la défaite", ajoute le général de Villiers, pour qui "on ne gagne pas une guerre sans effort de guerre".

 

Saluant la fin de la "tendance baissière des trente-cinq dernières années", rendant hommage au "volontarisme" du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, le général estime que "désormais, pour les armées, cet effort doit se traduire par une hausse progressive du budget de la défense pour rejoindre la cible de 2% du PIB, avant la fin du prochain quinquennat".

"Le prix de la paix c'est l'effort de guerre"

L'effort demandé "ne pourra être ni allégé ni reporté, en dépit de la complexité de l'équation budgétaire étatique prévisionnelle", fait-il valoir en ajoutant en guise de conclusion: "le prix de la paix c'est l'effort de guerre".

Le projet de budget de la Défense pour 2017 s'élève à 32,7 milliards d'euros, à 1,77% du produit intérieur brut (PIB), ce qui marque une stabilité par rapport à 2016. La France s'est engagée à le porter à 2% du PIB d'ici 2025 dans le cadre de l'Otan.

Une telle mesure permettrait aux armées françaises de retrouver des capacités auxquelles elles avaient renoncé ces dernières années, précisément pour des raisons budgétaires : avions ravitailleurs, avions de transport, véhicules blindés... mais aussi mise au niveau de la force de dissuasion nucléaire.

 

Source :

N.G. avec AFP - 21/12/2016 à 07h04

 

//bfmbusiness.bfmtv.com/france/pour-le-chef-d-etat-major-des-armees-on-ne-gagne-pas-une-guerre-sans-effort-de-guerre-1073037.html#?xtor=EREC-72-[N-BFMTV Politique]-20161221

 

 

Le Point de vue HER 558217_611066385602792_694465029_n.jpg

 

"Le prix de la paix c'est l'effort de guerre"

Ainsi s’est exprimé le chef d'état-major des armées, le Général Pierre de Villiers dans une Tribune au journal économique les Echos.

Objet de la tirade du général : le budget de la défense doit être porté à 2% du PIB engagement de la France dans le cadre de l’OTAN.

Il n’est pas de tradition en France qu’un haut responsable de l’armée prenne publiquement la parole pour s’exprimer sur la politique décidée au Parlement. Surtout lorsque celui qui s’exprime est le chef d’état major des armées sensé travailler en étroite collaboration avec le Ministre de la Défense.

Les mots Général Pierre de Villiers sont forts et dans la forme, péremptoires et sans contestation possible: « Le retour des Etats puissances ne laisse plus place au doute » dit-il, en insistant, « aux portes de l'Europe, en Asie, au Proche et Moyen-Orient, de plus en plus d'Etats mettent en œuvre des stratégies qui reposent sur le rapport de force, voire le fait accompli ; tous réarment ».

De plus il ajoute : « Cet effort, qui correspond, d'ailleurs, à un engagement international de la France et de ses partenaires de l'Otan ne pourra être ni allégé ni reporté, en dépit de la complexité de l'équation budgétaire étatique prévisionnelle ».

Manuel Valls ex-premier ministre de François Hollande s’est empressé de s’emparer de « l’os à ronger » pour sur Europe 1 en remettre une couche : « il faut nous préparer à cette guerre longue, donc, oui, il faut se donner cet objectif d'atteindre (...) 2% pour notre budget de la défense, c'est-à-dire passer aujourd'hui de 32,7 milliards à un peu plus de 40 milliards à l'horizon 2025 ».

 

François Hollande en qualité de Président Chef des armées de la France, s’est empressé de mettre son grain de sel sur « le poulet ».

 

 « Le budget de la défense a déjà été augmenté » a-t-il fait observer : « Nous avons aujourd'hui les ressources nécessaires par rapport à nos objectifs, mais il y aura encore dans les prochaines années à faire des efforts supplémentaires »

Le Général Pierre de Villiers, chef d’état major des armées acteur auprès du ministre de la défense Yves Le Drian, Manuel Valls ex-1er ministre soutenu dans sa campagne présidentielle par Yves Le Drian et le Président de la République chef des armées François Hollande, sur un sujet où tous ont été d’accord pour faire voter le parlement des budgets à hauteur de 32,7 milliards sont visiblement en train de se « pouiller ».

Oui les pétromonarchies du Golfe s’arment, la France se veut aux premières places de ce marché. L’Inde fait de même, là encore nous sommes présents. L’Australie nous allons y vendre des sous marins.

Il arrêter de nous prendre pour « co…ns sans tête » la France compte aujourd’hui  parmi les premiers marchands d’armes du monde. A ce titre elle contribue largement au réarmement mondial !

Qui nous menace ? Daech ?

Ce n’est pas avec des bombes atomiques ou des navires hauturiers que nous règlerons l’affaire au plan intérieur.   Ici point de problème de crédits supplémentaires mais de crédits redéployés. Il s’agit de sortir de la logique de « guerre intérieure » et de « l’exception » en réaffirmant l’état de droit dans la Nation.

Enfin il faut sortir de suivisme diplomatique dans lequel nous sommes englués avec les USA et l’Otan pour régler politiquement les tensions mondiales.

Soyons clairs la France est-elle impliquée dans une logique de conflit mondial imminent ? Dans cette hypothèse il nous paraît nécessaire d’en être sérieusement informés.

Les citoyens aimeraient dire leur mot dans cette affaire qui semble cousue de fil blanc.

Campagne électorale oblige, il faut dédouaner Manuel Valls de sa proximité avec François Hollande et du bilan désastreux que celui-ci va laisser au Pays. Alors on monte un scénario communication!

 

551462_10203059727993398_7772825775813064245_n1.jpg

 

Une question au « catalan rageur » 2% du PIB. Que veut dire ce chiffre ? Manuel Valls et le Général Pierre de Villiers connaissent-ils seulement le PIB de la France en 2025. Charlatans va !

La dette du pays se monte aujourd’hui à 2200 milliards! il faudrait ces bonimenteurs de foire nous expliquent où ils vont trouver les milliards supplémentaires. Au détriment de quels budget vont-ils opérer. La santé, le social, l'éducation, culture, l'écologie? Où vont-ils taper?

Il va falloir trouver autre chose et cesser de créer de l’angoisse et de la peur dans le pays. Certes la sureté est un droit imprescriptible de l’être humain de sa famille et de ses biens. Et l’état en le garant.

Mais que l’on cesse de prendre les citoyens en otage en ajoutant de la peur à la peur en instrumentalisant l’actualité et surtout que les militaires cessent de ce mêler de politique ce n'est pas leur rôle dans un état républicain.

 

Bernard FRAU

 téléchargement2.jpg

 

Pour compléter utilement cette chronique

 

//www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/0211613635015-le-prix-de-la-paix-cest-leffort-de-guerre-2051928.php#KkA67SHdU04XQvCQ.99 

 

//www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/budget-de-la-defense-la-mise-en-garde-du-chef-d-etat-major-des-armees-21-12-2016-2092155_53.php

 



21/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 609 autres membres