Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

Notre-Dame-des-Landes: Emmanuel Macron veut un médiateur et pas d'expulsion

AÉROPORT Le candidat à l'élection présidentielle n'est pas favorable au projet mais entend faire respecter le vote des électeurs de Loire-Atlantique...

XVM6b574558-dce4-11e6-9c25-97836c8a1e43.jpg
Emmanuel Macron - Michel Euler/AP/SIPA

 

Emmanuel Macron poursuit son numéro d’équilibriste au sujet de Notre-Dame-des-Landes. Après avoir annoncé la semaine dernière qu’il était plutôt opposé au projet d’aéroport sur le fond mais que celui-ci devait tout de même voir le jour en raison de l’avis favorable des électeurs de Loire-Atlantique, l’ex-ministre de l’Economie a indiqué ce jeudi qu’il nommerait « un médiateur » dans les six mois qui suivraient son éventuelle élection à l’Elysée.

Interrogé par l’ONG environnementale WWF, le candidat à l’élection présidentielle a expliqué que ce médiateur serait chargé de regarder « le projet Nantes-Atlantique », l’actuel aéroport qui pourrait être modernisé.

Pas d’évacuation des opposants

Dans ce dossier, Emmanuel Macron dit souhaiter « une dernière fois, et regarder les choses » en termes « économiques, environnementaux, d’empreinte carbone, de capacité à développer ».

Il a également écarté l’idée d’une évacuation des opposants à un nouvel aéroport : « Je ne veux pas d’évacuation (…) il n’y aura pas de brutalité », affirme-t-il.

La plupart des candidats sont opposés

Dans un communiqué, Bruno Retailleau, le filloniste président du conseil régional des Pays-de-la-Loire, l’a qualifié de « prince de l’ambiguïté » sur le sujet.

Pour rappel, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot et Marine Le Pen sont opposés au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. François Fillon y est favorable.

 

Source

images 20 minutes.png

 

20 Minutes avec AFP

  • Publié le 09.02.2017 à 19:54
  • Mis à jour le 09.02.2017 à 21:57

http://www.20minutes.fr/nantes/2011847-20170209-dame-landes-emmanuel-macron-veut-mediateur-expulsion

Le Point de Vue de Bernard FRAU  

Quand Clémenceau ne souhaitait pas prendre une décision sur une question en débat, il prenait soin de créer une commission.

Macron lui va nommer un médiateur, histoire de se dégager de cette affaire de zone humide à ne pas détruire et surtout à ne pas couvrir de béton. Une manière comme une autre de faire moderne.

Les Citoyens en ont assez de ces politiques qui godillent au grès des vents et des courants du moment.

Ils veulent du cash. Visiblement le candidat Macron n'est pas en mesure sur ce dossier de leur donner satisfaction.

Allez monsieur le candidat des grands financiers et des GAFA.

Un peu de courage, cela vous changera des manoeuvres politiciennes et des coups tordus auxquelles vous nous avez habitué ces derniers mois .

téléchargement2.jpg
 



10/02/2017
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 613 autres membres