Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

L’écologie politique hier, aujourd’hui, demain

 

À l’heure où Europe Ecologie les Verts, réduit à ses luttes internes, implose, que Génération Ecologie a été absorbé par les Radicaux de Gauche, que l’Ecologie Indépendante ère dans le no man’s land politique, les Mouvements Ecologistes, si bien représentés en 1992, en sont réduits aujourd’hui à négocier de minables accords politiciens avec un Parti socialiste lui-même en perdition au regard de ses valeurs traditionnelles.

Et pourtant Demain demande que cette pensée politique écosocialiste soit bien présente dans toutes les instances nationales et internationales.

En 1972, un rapport du Club de Rome, Halte à la croissance, constatant que le développement avait des limites dans un espace fermé, la planète terre, lance l’idée fondatrice de l’écologie politique, « un autre monde est possible ».

 

th0L8H9MS4.jpg

 

C’est avec René Dumont candidat à l’élection présidentielle de 1974 que l’écologie politique est officiellement née en France. « Je bois devant vous un verre d’eau précieuse, puisqu’avant la fin du siècle, si nous continuons un tel débordement, elle manquera…»  Une annonce emblématique toujours en devenir au 21ème siècle.

Plus que jamais est posée à l’ordre du jour des agendas des gouvernements, la nécessité de construire une autre manière de vivre ensemble la planète Une alternative au système capitaliste néolibéral s'impose.

Cette alternative aura pour mission d’améliorer, oui d’améliorer, le « bien être des hommes et des femmes » et de travailler inlassablement à l’édification de la Paix et de la Démocratie universelle.

De quoi s’agit-il ?

Il convient, cela est incontournable et nécessaire, d’adopter une organisation sociale fondé sur une généralisation réelle de la participation citoyenne aux décisions du plus haut au plus bas niveau de l’état.

La formation de citoyen doté d’esprit critique à l’imagination créatrice exige un système d’éducation citoyenne du « berceau à la tombe pour permettre cette participation active.

L’état sanitaire du monde urbain mais également rural ainsi que les dégâts du productivisme industriel et agricole, impose une transition écologiste non polluante, non libérale et la mise en valeur réelle des « énergies propres» et du recyclage des déchets « matières première-secondaire ».

Tout cela ne peut se concevoir sans la généralisation d’un modèle universel construit sur un partage équitable à l'échelon de la planète des richesses mondiales.

Si toutes ces dispositions sont nécessaires elles ne sont néanmoins pas suffisantes !

Pour se prémunir des débordements scientistes futurs poussés par l’appétit jamais assouvi des maîtres des pouvoirs mercantiles et financiers, un Conseil Mondial pour l’Ethique de la Recherche et de la Techno-science  avec voix décisionnaire est rendue obligatoire si nous voulons préserver la pérennité de l’espèce humaine naturelle et plus globalement celle du vivant, faune flore et minéral confondus.

Il s’agit là de se prémunir des dégâts de l’éternelle hubris prométhéenne enfouie au cœur de l’humaine nature qui, sous le masque vertueux d’une amélioration de la santé, de l’augmentation de l’espérance de vie et de l’éradication des tares génétiques veut imposer une vison nouvelle de la vie.

Cette idéologie, pour ne pas dire cette religion séculière, qui nous vient de Chine, d’Australie, de la Silicone Vallée américaine – pour ne citer que ces provenances particulières –  s’est mise en tête de construire à l’aide d’une techno-science omnisciente et omniprésente, un monde nouveau.

 

thI3HRKN83.jpg

Le nazi Mengele "l'ange de la mort" dans son laboratoire

 

Au travers de pratiques « eugénistes », plus sophistiquées que celles des bouchers nazis de sinistre mémoire, et grâce aux progrès indiscutables de la biologie et des biotechnologies ces nouveaux Frankenstein ont formé les plans  d’un nouvel éden, un monde post humaniste, d’où la mort et la maladie seraient évacuées, mais où l’Homme et sa dignité tels que nous les connaissons aujourd’hui n’existeront plus.

« Les êtres humains seront peut-être les ultimes cobayes de la nouvelle Genèse artificielle. L’introduction d’organismes génétiquement modifiés pose un certain nombre de problèmes sanitaires graves, voire mortels » s’inquiétait déjà en 1998 Jérémy Rifkin (*).

Ceci plus que jamais est d'actualité dans les laboratoires de recherche. En Australie le premier bébé à la carte est né. Pour délivrer les femmes de "l'inconvenient de porter son enfant à naître"(sic), il est question d'utérus artificiel. Des spermatozoïdes sont cultivés à partir de cellules souches de la main. Des scientifiques Chinois ont modifiés génétiquement des embryons humains!

On peut à bon droit se poser des questions. A quand la prise de brevets sur la vie et la vente d'enfants sur étagères? Ce système capitaliste néolibéral mondialisé qui laisse, qui favorise cette déhumanisation de l'humain, n'est-il pas entrain de sombrer dans une folie de la finance et du profit à tout prix sans éthique et nourrie par un esprit de conquête guerrié au seul service d'une petite minorité cupide et veule assoiffée de pouvoir.

 

topic.jpg

 

Sans jamais récuser les nécessaires recherches de la science et de ses applications technologiques, ne serait-ce que pour mieux faire pièce à l’ignorance ou pour se prémunir des facteurs agressifs liés aux phénomènes naturels tels que les grandes épidémies par exemple, il serait gravement dangereux de considérer et de penser que le génie humain sans limite ne porte pas en lui cette ambivalence congénitale source de bien ou de mal dont il convient de se garder.

Il faut donc poser des barrières aux développements des applications technologiques des découvertes de la science. La création d’un Conseil Mondial pour l’Ethique de la Recherche et de la Techno-science  avec voix décisionnaire en sera un des piliers incontournables.

 

Certes, comme l’écrit et l’affirme Henri Atlan, « on ne peut pas arrêter de connaître »(**).

Mais il serait bien naïf de laisser à croire qu’une recherche laissée aux seules mains de chercheurs de vérités pas toujours désintéressés, dans un monde soumis aux règles libérales d’une économie frénétique portée par le développement d’un individualisme égoïste forcené, de la recherche sans fin du profit, de la compétition, du productivisme au risque d’une réification assumée des êtres humains, serait la garantie d’un avenir matériel et moral partagé meilleur et plus éclairé.

Connaître c’est aussi servir à la vie et à l’espèce humaine dont le projet naturel reste avant tout un projet social « étroitement lié à la vie en groupe et à la coopération » (***), largement incompatible avec la vision mécanique, comptable, financière et guerrière des chantres de l’économie mondialisée prédatrice.

L’heure est aujourd’hui à la lucidité face aux nouveaux défis qui nous sont proposés. Il devient de moins en moins possible de continuer dans la voie que nous impose un « progrès » désormais devenu régressif. Aveugle et inconscient serait celui qui voudrait nous faire croire le contraire

 

une-abeille-recueille-le-nectar-d-une-fleur_5010109.jpg

 

Une révolution douce et tranquille mais radicale est requise au regard des dégâts faits à l’Homme et à la Nature par un système désormais dépassé.

Les tenants de l’écologie politique seront-ils à la hauteur de cette nécessité impérieuse ?

Seront-ils capables de mettre en œuvre les conditions de la « rupture » en engageant la transition culturelle indispensable à la création d’une majorité alternative aux économistes libéraux devenus fous qui nous entrainent vers l’abime ?

Seul l’avenir poura nous le dire. Mais force est tout de même de constater aujourd’hui que les représentants écologistes du moment ne sont plus et pas à la hauteur!

 

Bernard Frau

(*) Le siècle biotech Pocket N° 10771

(**) Henri Atlan Les frontières de l’humain Editions Le Pommier.

(***) Frans B.M. de Waal Les frontières de l’humain Editions Le Pommier

 

 

 



13/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 609 autres membres