Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

La santé et la dépendance dans la France Insoumise

 

 648x415_ce-samedi-les-militants-communistes-se-sont-prononces-a-53-6-en-faveur-d-un-soutien-a-jean-luc.jpg

 

L’Avenir en commun, programme de la France Insoumise, dont le candidat est Jean-Luc Mélenchon, vient de sortir en librairie. Parmi ses grands axes et propositions figure un projet de santé et de prise en charge de la dépendance et de la perte d’autonomie s'inscrivant dans une vision humaniste et progressiste, héritier de la philosophie du Conseil National de la Résistance.

D’abord, tout est dans le titre : « l’Avenir en commun ». Nous ne sommes pas dans un fumeux titre « Révolution » qui n’est qu’une involution, ou « Un projet pour la France » mais surtout pour les plus aisés.

Au-delà des régressions, dissimulées bien maladroitement par détournement volontaire des concepts, pour les vider de leur sens, tels que progrès, avenir, société et même révolution – ou alors r-évolution comme évolution en arrière, vers un passé révolu, fantasmé (dans le pays de 1789 il fallait l’oser !)– la vison défendue par ces candidats reste volontiers individualiste. Elle fait fi du fait que nous vivons ensemble dans une même nation, faisons société et même plus globalement appartenons à un même écosystème.

Mais bon, reconnaissons toutefois l’existence d’un programme ou de son ébauche par rapport à la vacuité sinistre et triste du « premier-parti-de-la-gauche » dont l’organisation de primaires tardives fait office de centre gravité, permettant, comme à son habitude, l’économie de toute réflexion en profondeur sur son programme et ses idées.

L’Avenir en commun a été le fruit d’un long et riche travail démocratique de collaboration et de synthèse dont le modus operandi est expliqué sur le site de la France Insoumise : //www.jlm2017.fr/. Chaque thème fera l’objet, dans les mois qui viennent, d’un livret thématique détaillé. Celui sur la santé est coordonné par F. Pierru co-auteur du Manifeste pour une santé égalitaire et solidaire, paru en 2011.

 

Dans ce programme de la France Insoumise, la santé et la prise en charge de la dépendance et de la perte d’autonomie figure en bonne place, au sein du chapitre « Le progrès humain d’abord ». Les mesures proposées sont bel et bien progressistes, à rebours des sectateurs du démantèlement du service public, et intégrant les différents défis modernes. Et en premier lieu, le remboursement à 100% des soins de santé prescrits.

Une démarche globale

La santé est un enjeu au carrefour de l’économie, de l’environnement, du travail, de la production alimentaire, du mode de vie, de l’habitat... La politique de santé publique et de prévention, face aux problématiques complexes actuelles, s’articule autour de plusieurs axes :

 

- Plan de santé et environnement : pollution, pesticides, perturbateurs endocriniens…

- Plan de santé au travail

- Plan de lutte contre les résistances microbiennes notamment en faisant le bilan de l’élevage productiviste, comme le recommande l’OMS

- Lutte contre les maladies chroniques liées à une mauvaise alimentation

- Amélioration du logement

- Prévention et éducation à la santé

- Lutte et prévention contre les maladies sexuellement transmissibles

- Libérer la santé de l’influence des entreprises privées à but très lucratif : création d’un pôle public du médicament, interdire l’accès des visiteurs médicaux à l’hôpital public.

 Organisation de l’offre de soins

La démographie médicale oblige à repenser et à mettre à plat, dans un souci d’égalité et d’équité, le maillage de l’offre de soins :

- Combler les déserts médicaux en créant un corps de médecins généralistes fonctionnaires

- Abolir les dépassements d’honoraire

- Création de centre de soins pratiquant le tiers payant

- Reconstruction du service public hospitalier : revenir sur la tarification à l’acte, recrutement de personnels soignants…

Faire face collectivement au vieillissement de la population et à la perte d’autonomie

Rester chez soi est le vœu le plus cher des personnes âgées mais, souvent, ce maintien nécessite un plan de soins coûteux. L’APA (Aide Personnalisée d’Autonomie) sera augmentée de 50%, aujourd’hui à 700 euros maximum.

Parce que le maintien à domicile peut devenir problématique en lien avec l’état de santé, la dépendance, l’isolement, l’accès à une institution doit être permis sans frein financier, le reste à charge sera réduit à 500 euros par mois et le nombre de maisons de retraite augmenté avec harmonisation des tarifs, 10.000 places d’EHPAD créées par an.

Un personnel plus nombreux, 100.000 postes à créer, et mieux rémunéré (refonte des grilles de rémunération) est nécessaire.

Le financement de toutes ces mesures doit s’appuyer sur une prise en charge solidaire de la dépendance par mise à contribution des revenus immobiliers et des successions sur les gros patrimoines.

Ce programme sur la santé et la dépendance s’inscrit donc dans le cadre du progrès humain, i.e. amélioration des conditions d’existence, émancipation, et non en termes d’idées profondément délétères qui, sous le vernis mercantile de la nouveauté, aliènent un peu plus les citoyens. Il tient également compte de tous les défis actuels et à venir, à rebours de la fuite en avant ou des mesurettes ayant cours jusqu’à présent.

 

Références :

L'Avenir en commun, le programme de la France Insoumise et de son candidat Jean-Luc Mélenchon. Edition Seuil. 2016

Manifeste pour une santé égalitaire et solidaire. A Grimaldi, D Tabuteau, F Bourdillon, F Pierru, O Lyon-Caen. Odile Jacob. 2011

Site de la France Insoumise : //www.jlm2017.fr/

 

Sources

logoHauteDefRVBJPEG.jpg
https://blogs.mediapart.fr/julien-vernaudon/blog/111216/la-sante-et-la-dependance-dans-la-france-insoumise

 

Publié le 11 déc. 2016 Par Julien Vernaudon Blog : Le blog de Julien Vernaudon

 

 

Le Point de vue d’HER 558217_611066385602792_694465029_n.jpg

 

La santé est un enjeu pour la République, un enjeu de solidarité universelle, un enjeu dont chaque citoyen ne saurait être exclu.

La santé, comme l’éducation doit constituer un pilier central  de la politique de l’Etat, dont la mission prioritaire doit être d'assurer les moyens humains financiers techniques et d’infrastructures de nature à en garantir l’efficacité.

Il est anormal que, l’espérance de vie en bonne santé augmentant,  l’espérance de vie en bonne santé diminue alors que les « progrès » de la recherche en matière médicale s’envolent et que par ailleurs les profits de l’industrie pharmaceutique crèvent tous les plafonds.

C’est pourquoi l’Etat doit veiller à ce que sa politique ne puisse, en la  matière, en  aucune manière être déléguée au marché ou privatisée comme cela est actuellement envisagé par les candidats, libéraux, ultra libéra ou comme cela en prend le chemin avec les élus socio-libéraux.

Il y a nécessité absolue de reprendre la main sur la validation des autorisations de mise sur le marché des médicaments, il est scandaleux de devoir régulièrement faire face aux scandales type, Dépakine, Gardasil, Médiator…… De ce point de vue la création d’un pôle public du médicament sera une mesure salutaire.

De même la vision globalisée – santé au travail, santé dans l’environnement, santé en matière d’habitat, santé en matière alimentaire – devrait conduire à une amélioration notable des conditions de prévention et du niveau général de l’espérance de vie en bonne santé.

161025_az141_personnes-agees-mains_sn635.jpg

Enfin s’agissant des propositions  pour « Faire face collectivement au vieillissement de la population et à la perte d’autonomie » constitue  un point  clé du programme de la « France Insoumise et de son candidat Jean-Luc Mélenchon » que retient Humanisme-Ecologie-République.

Aucun programme politique quel qu’il soit ne peut se prévaloir des valeurs de l’humanisme s’il se refuse, concrètement dans la vie au quotidien, à se soumettre à l’exigence fondamentale de la solidarité intergénérationnelle.

Bernard FRAU

téléchargement2.jpg



11/12/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 609 autres membres