Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

L'accord UE-Turquie menacé par Chypre

La-reprise-du-dialogue-entre-la-Turquie-et-les-Kurdes-sera-difficile_article_main.jpg

Edito

Courageuse prise de position du président chypriote dans les négociations engagées entre l'Union européenne et la Turquie du dictateur Erdogan qui entend imposer au chantage son entrée comme partenaire à part entière au sein des nations démocratiques de l’union européenne. Il faut tout de même se rappeler que la Turquie d’Erdogan est en totale dérive « radicale » qui exclue en l'état toute possibilité de partenariat de quelque nature que ce soit.

 

La Turquie d’Erdogan c’est :

 

-          L’armement d’islamistes radicaux en Libye

-          L’instrumentalisation des migrants et le chantage en direction de l’Union Européenne

-          Le financement et la protection des passeurs

-          L’emprisonnement des opposants au président Erdogan

-          L’occupation illégale d une partie de l'île de Chypre au Nord

-          Le massacre des kurdes,

-          Le soutien complaisant à Daech

-          La censure des journaux d’opposition

-          La limitation de la condition féminine dans la société turque à un rôle de génitrice ……..

 

On peut en faire des tonnes sur le gravissime génocide arménien – pressions totalement justifiées – ,  les questions préalables  qui aujourd’hui doivent doit être posées avant toute concession aux autorités turques sont :

 

-           Quelle est la position des Nations démocratiques à propos du génocide larvé opérée par le « bourreau Erdogan » contre la population Kurde

-          A quand un état Kurde souverain ?

-          Que fait encore la Turquie dans l’Otan ?  

 

Les valeurs de références du régime laïc turc de Mustapha KEMAL et des généraux qui l’ont accompagné était en son temps compatibles avec les valeurs avancées dans l'OTAN. Ce n’est plus le cas il faut donc en tirer les conclusions qui s’imposent sauf à admettre une fois pour toute que l’UE est à la botte des USA et de son allié Turc en méditerranée.

 

usa-drapeau.jpg

 

Pour toutes ses raisons il apparaît nécessaire de clarifier la situation de ce pays très peu soucieux des droits de l’homme et des droits politique de ses ressortissants ; pays  dont il convient de se méfier du rôle qu’il joue dans la fournaise moyen-orientale.

 

Quoi qu'il en soit rien ne permet en l’état actuel d’envisager une possibilité directe ou indirecte pour les ressortissant turcs de bénéficier d’un régime particulier d’entrée dans l’Union (passeport).

 

Bernard FRAU

Délégué général Humanisme Ecologie République

 

 

"L'accord UE-Turquie menacé par Chypre"

 

 arton123261-480x321.jpg

 

Deux jours avant un nouveau sommet UE-Turquie, Chypre menace de torpiller le projet d'accord entre les 28 et Ankara pour tenter de stopper l'afflux de migrants, qui provoque de nouvelles tensions à la frontière entre la Grèce et la Macédoine. En visite à Nicosie, le président du Conseil européen Donald Tusk s'est heurté aux fortes réticences des autorités chypriotes sur l'accord de principe établi la semaine dernière entre Européens et Turcs.

Le président Nicos Anastasadies lui a réaffirmé que son pays n'avait "pas l'intention d'approuver l'ouverture de nouveaux chapitres" dans les négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne (UE) si Ankara ne respectait "pas ses obligations". Or cette relance des négociations d'adhésion est l'une des contreparties accordées par Bruxelles à la Turquie pour que cette dernière accepte l'accord. "Il est déplacé, contre-productif, pour ne pas dire inacceptable de déplacer le poids de la responsabilité de la crise des migrants sur mes épaules ou sur celles de la République de Chypre", a déclaré M. Anastasiades après sa rencontre avec M. Tusk aujourd'hui.

Le président du Conseil européen a reconnu qu'il restait du travail avant le nouveau sommet prévu jeudi et vendredi à Bruxelles au cours duquel Européens et Turc doivent tenter de finaliser leur projet d'accord.  "L'objectif est de conclure les négociations jeudi ou vendredi mais nous n'en sommes pas encore là. L'un des points problématiques est de résoudre la question clé de la légalité", a déclaré M. Tusk.

"La proposition turque établie avec l'Allemagne demande encore à être rééquilibrée, afin qu'elle puisse être acceptée par les 28 Etats membres et les institutions européennes", a-t-il ajouté. Le plan prévoit la réadmission en Turquie de tous les migrants arrivés clandestinement en Grèce, y compris les demandeurs d'asile syriens fuyant la guerre dans leur pays. En échange, les Européens s'engageraient, pour chaque Syrien renvoyé en Turquie, à accepter un demandeur d'asile syrien sur leur territoire.

La Turquie exige par ailleurs trois milliards d'euros d'aide supplémentaire d'ici à 2018 et un régime sans visa pour ses ressortissants voulant voyager dans l'UE dès fin juin, en plus de l'ouverture rapide de négociations sur cinq nouveaux chapitres d'adhésion.

 

Source

 

AFP2.png

Lefigaro.fr avec AFP  Mis à jour Publié

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/03/15/97001-20160315FILWWW00264-l-accord-ue-turquie-menace-par-chypre.php



16/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 609 autres membres