Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

JEAN-MARIE LE MENE : LES PREMIERES VICTIMES DU TRANSHUMANISME

Avec plusieurs Amis nous nous interrogeons sur cette idée venue de la Silicone Vallée que demain la Science et sa fille la Technologie auront défait la nature de ses imperfections. Que le salut pour nous les êtres humains viendra de la Technoscience qui au final nous apportera l'Immortalité".

L'immortalité ce vieux rêve mythique qui a embobiné les Hommes de toute éternité. De Gilgamesh avant hier à Ray Kurzweil aujourd'hui  ils veulent nous faire croire que demain la mort sera vaincue comme le dit Laurent Alexandre. Il est vrai qu'aujourd'hui à la différence d'hier nos scientifiques ont les moyens  d'approcher au plus près de la compréhension intime de la vie au point de se laisser aller à se prendre pour des dieux modernes.

De l'Homme réparé, à l'Homme augmenté ils envisage sérieusement de "fabriquer" une nouvelle espèce humaine totalement artificialisée et connectée aux machines.

Ce sujet très peu abordé dans le grand public est on ne peut plus "politique" au sens étymologique du mot. Et pourtant force est de reconnaître que personne ou presque parmi nos dirigeants ne s'y engage, pire certains d'entre eux ouvrent grand les yeux si l'on essaye d'aborder la question. Le Transhumanisme c'est quoi?

Cette question est une question majeure pour Humanisme-Ecologie-République. C'est une question Citoyenne majeure. Aussi je vous invite sans à priori à lire cet article consacré au dernier livre de Jean-Marie Le Méné.

Je suis preneur de vos remarques, je les attends même et vous remercie par avance de vos commentaires qui viendront nourrir les réflexions du Groupe 2050qui se consacre à l'étude de ces sujets éthiques, philosophiques, scientifiques et politiques.

téléchargement.jpg

Bernard FRAU

Délégué général Humanisme-Ecologie-République

 

« Depuis vingt ans je l’ai dit, je l’ai écrit et je l’ai combattu. Aujourd’hui, la quasi-totalité d’une population triée sur le critère de son génome imparfait a disparu. L’extinction de cette partie de l’humanité est le fait d’un eugénisme efficace vendu par des marchands, acheté par l’Etat et mis en œuvre par la médecine. Dans l’histoire, c’est un événement sans précédent. De guerre lasse, j’étais prêt à entendre ceux qui me conseillaient de déposer les armes ».

Des faits inattendus ont pourtant incité Jean-Marie Le Méné à reprendre la plume. La période s’y prête. Ne pas dénoncer aujourd’hui cette marchandisation du vivant aurait été une capitulation.

« Nous avons besoin d’une Politique, ou mieux encore d’un Régime politique qui – par principe – ne tient pas la vie humaine pour un hasardeux foisonnement du vivant, ne l’utilise pas comme banc d’essai pour la technoscience et ne l’asservit pas à des finalités lucratives ».

Un livre décapant plus que jamais d’actualité ! Un signal d’alarme qui ne peut laisser personne indifférent.

L’éditorial de Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Jérôme Lejeune, paru dans la lettre de la Fondation de Janvier 2016 :

« Vous me demanderez peut-être : pourquoi encore un nouveau livre sur un sujet impossible – le transhumanisme ? Mais parce qu’a la Fondation Jérôme Lejeune nous avons parfois le sentiment d’être les conquérants de l’impossible, serais-je tenté de vous dire ! Nous ne sommes pas qu’une œuvre de bienfaisance qui s’occupe des handicapés pour soulager les familles ou se donner bonne conscience. Nous avons aussi à répondre à l’une des questions majeures de notre temps : quelle attitude avoir face à une technoscience, boostée par le culte du progrès et ses juteuses perspectives ? Lui ouvrir nos portes sans réfléchir, c’est nous condamner sans appel, avec ceux que nous prenons en charge et une bonne partie de l’humanité.

Car le transhumanisme consiste en la volonté de faire advenir un homme « augmenté » ce qui ne laisse pas grand espoir à cet homme « diminué » que nous sommes tous plus ou moins.

Or l’un des premiers outils pour augmenter l’homme, c’est l’eugénisme qui est censé nous débarrasser des êtres « imparfaits » avant la naissance. Et l’étalon-or de l’eugénisme c’est le dépistage anténatal, particulièrement celui de la trisomie 21, suivi de l’avortement dans la plupart des cas, qui crée une sorte de bio colonialisme présenté à la fois comme nécessaire et rentable. Il faut bien voir que la trisomie est devenue un marché, l’avortement une marchandise et le ventre des femmes un magasin sous surveillance. La privatisation du ventre des femmes sur toute la planète, c’est l’eldorado du XXIème siècle.

Pour résumer simplement les choses, nous ne pouvons pas demander aux donateurs de soutenir financièrement la Fondation Jérôme Lejeune et nous taire, alors qu’on chiffre à 1 milliard € l’achat que pourrait faire prochainement la France du nouveau dépistage des trisomiques, lesquels sont déjà éradiqués a 96 % !

J’ai donc décide d’écrire un livre sur les premières victimes du transhumanisme que sont les enfants trisomiques. Ce livre percera-t-il la chape de plomb qui a criminalisé toute pensée – et a fortiori toute expression – sur l’avortement quasi systématique des « anormaux » ? Je démontre avec des exemples a l’appui, en France, qu’il n’y a plus de « pourquoi ? » sur ce sujet. Le nouveau test de dépistage de la trisomie est réputé ne poser aucun problème moral. C’est là sa principale force.

Ainsi en ont décidé le comité d’éthique, les experts scientifiques, le corps médical, les associations de personnes handicapées, les autorités morales, les médias et pour finir les politiques, qui n’ont fait que suivre les autres. Ce nouveau racisme du gène a réussi à désarmer les plus réticents en se faisant passer pour une procédure économe de vies humaines, mais de vies humaines en bonne santé, c’est-à-dire en vendant le principe même de l’eugénisme a ceux qui auraient dû nous en prémunir. Ce qui aurait du être le plus difficile à admettre a été, en fait, le plus facile à installer.

Nous sommes non seulement devant un scandale moral et financier, mais surtout un système autonome, clos, verrouillé.

Voilà ce qui me fait dire que la Fondation Jérôme Lejeune et ses donateurs sont des conquérants de l’impossible.

Il s’agit pour nous d’accueillir des survivants du transhumanisme, de les soigner et de leur trouver des traitements dans un capitalisme mondialise qui a inventé une rente indexée sur un génocide continu. Mon livre tire un signal d’alarme et j’espère qu’il suscitera une prise de conscience chez mes lecteurs. Pour 2016 je vous invite, avec nous, à conquérir l’impossible. »

 

Jean-Marie Le Méné,

Président de la Fondation Jérôme Lejeune

3 février 2016

 

 

Source

cropped-wallpaper-2870969.jpg

Intelligence Artificielle et Transhumanisme



12/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 613 autres membres