Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

Humanisme, transhumanisme et post-humanisme

2410082-les-robots-agiles-la-prochaine-grande-revolution-humaine.jpg


Par Corine NARASSIGUIN : Porte-Parole du Parti Socialiste

2014, année Jaurès : nul besoin de rappeler que l'humanisme est le fondement de l'idéologie socialiste. Que devient alors cette idéologie quand elle est confrontée à une nouvelle question : qu'est-ce que l'humain ?

Les avancées scientifiques et technologiques actuelles sont en train de concrétiser les rêves des transhumanistes. Biotechnologies, nanotechnologies, manipulations génétiques sont développées aujourd'hui pour réparer l'être humain. Demain ce sera pour augmenter ses capacités naturelles (c'est certainement déjà en cours dans la recherche militaire). La transformation de la condition humaine est en marche.

Si on ajoute à cela le développement des intelligences artificielles conçues sur le modèle du cerveau humain à mesure que la technologie et les neurosciences évoluent, le posthumanisme ne peut plus être considéré comme un simple artifice de science-fiction ou un exercice philosophique abstrait.

La pensée socialiste doit évoluer pour être capable de faire face à ces nouvelles questions. Les socialistes doivent réfléchir et débattre de cette nouvelle étape de l'évolution humaine pour redéfinir ce qu'est l'humanisme au 21ème siècle.

Ne nous leurrons pas, si une avancée technologique est possible, quelqu'un la mettra en œuvre, que nos sociétés y soient prêtes ou pas. Mais avec l'argent de qui et au profit de qui ? La recherche se fera avec quels cobayes ? Le développement technologique donnera lieu à quelles applications sur quelle échelle de distribution ?

Quand on constate notre incapacité à organiser un débat intelligible et apaisé sur la GPA, pratique issue d'une technologie médicale vieille de plusieurs décennies, on peut s'inquiéter de notre capacité à préparer la société française aux débats éthiques nécessaires sur ces nouvelles technologies de l'humain.

 

Quand on voit que 20 ans après le début de la révolution numérique, on travaille toujours à réduire la fracture, à développer les politiques utilisant à plein son potentiel économique, à trouver la bonne parade juridique pour protéger la propriété intellectuelle ou la vie privée, on se dit que l'action politique ne peut plus continuer à courir après la technologie. Il est impératif d'être proactif, surtout face à de tels enjeux.

Il faut se préparer idéologiquement pour pouvoir agir aux niveaux national, européen et international. Pour organiser le débat et influer sur ses orientations, proposer les cadres juridiques pour une pratique éthique de la recherche et du développement, assurer que les objectifs poursuivis ne soient pas contraires à notre définition de l'humain, et permettre l'accès de tous aux avancées qui constituent de vrais progrès.

Corinne Narassiguin Porte-parole du Parti socialiste

 Source

http://www.huffingtonpost.fr/corinne-narassiguin/humanisme-transhumanisme-_b_6093974.html

Publication: 03/11/2014 16h21 CET Mis à jour: 03/01/2015 11h12 CET

A propos de l’auteur de l’article

Vivant à New York depuis plus de 13 ans, militante active de la Fédération des Français de l'Etranger du PS et très impliquée dans la vie associative française aux Etats-Unis, Corinne Narassiguin a été élue en juin 2012 députée des Français établis en Amérique du Nord (Canada, Etats-Unis). A l'Assemblée nationale, elle siège à la Commission des Lois et est chargée d'une mission d'information sur la transparence dans la gouvernance des grandes entreprises. Elle est aujourd'hui porte-parole du Parti socialiste.

 

55a821861900002600b86d9b2.gif

 

**********

 "Au terme de mon parcours je me rends compte combien l'homme est fragile et malléable. Rien n'est jamais acquis. Notre devoir de vigilance doit être absolu. Le mal peut revenir à tout moment, il couve partout et nous devons agir au moment où il est encore temps d'empêcher le pire. "Germaine Tillion - 1907-2008 - Ravensbrück - 1973

**********

 

Le point de vue d’Humanisme – Ecologie – République

A propos de l’article de Corinne Narassiguin 

Dans son article Corinne Narassiguin ne semble pas prendre la mesure des conséquences éminemment politique, éthique, culturelle et philosophique  de ce projet porté par les nouveaux prophètes américains, idolâtres de la techno-science, qui comptent imposer à un monde occidental complètement passif et désenchanté comme une nouvelle « religion ».

Quelques phrases d’un article Max More – membre fondateur du mouvement –  publié en 2007 permettent de saisir le cœur de la pensée de ces nouveaux prophètes de« malheurs ».

«Nous n’atteindrons l’état de post-humanisme que lorsque nous aurons profondément  changé la condition humaine et que nous n’appartiendrons plus à la même espèce…..Si l’on changeait la façon dont nos gènes sont structurés ou la façon dont ils sont programmés, par manipulations génétique ou en rapprochant l’homme et l’ordinateur on pourrait dire que nous sommes devenus post humain……le terme de transhumanisme désigne plutôt le mouvement vers ce stade, une phase transitoire dont ne peut pas donner de définition rigide »

Pour convaincre le bon peuple qu’il doit acquiescer à ces nouveaux paradigmes les Ray Kurzweil (*), J.Graig Venter, Nick Bostron (**), David Pearce, Natasha Vita-Moore (***), Hans Peter Moravec (****)  tous scientifiques de très haut niveaux, n’hésitent pas interroger et affirmer:

  • «Pourquoi refuser la paix entre les hommes, la santé pour tous et finalement la mort de la mort ce noir souci ?»
  • « Pourquoi accepter la mort comme une nécessité ontologique pour l’homme » ?
  • «La technologie est capable de transcender les limitations qui enferment le corps et l’esprit dans la tradition Humaniste que dépasse la position Transhumaniste».

On ne peut mieux comprendre à travers ces quelques lignes  ce qui se tramerait pour les années à venir si au nom du progrès, de la compétitivité du pays, de la croissance, on en venait à soutenir cette foi inébranlable des Transhumanistes dans le pouvoir de la techno-science de tout résoudre.

Cette idée folle de pouvoir pallier tout ce qui constitue pour Homo Sapiens-Sapiens les limites à la poursuite de sa propre évolution organique biologique et spirituelle, conduit les nouveaux docteurs Frankenstein et Mengele réunis, à envisager, sans douter un instant, un bouleversement de l’Humanité qui serait arrachée définitivement à la nature.

Une Humanité qu’ils comptent bien normaliser, mécaniser, uniformiser, robotiser en faisant des êtres humains des machines-esclaves génétiquement dénaturée. Tout cela au nom d’un avenir soi-disant meilleur….. !!!

 « À mesure que la technologie et les neurosciences évoluent, le Post-humanisme ne peut plus être considéré comme un simple artifice de science-fiction ou un exercice philosophique abstrait » nous dit dans son article la Porte-parole du Parti socialiste Corinne Narassiguin.

Si nous nous sommes d’accord avec ce constat nous rejetons en revanche, avec force et vigueur, la conclusion qu’elle en tire.

« La pensée socialiste doit évoluer pour être capable de faire face à ces nouvelles questions. Les socialistes doivent réfléchir et débattre de cette nouvelle étape de l'évolution humaine pour redéfinir ce qu'est l'humanisme au 21ème siècle » écrit Corine Narassiguin.

Ajoutant à l’appui de sa conclusion cet argument totalement inacceptable, qui relève plus du fatalisme et de l’impuissance complices que du volontarisme politique humaniste: « Ne nous leurrons pas, si une avancée technologique est possible, quelqu'un la mettra en œuvre, que nos sociétés y soient prêtes ou pas »

« La transformation de la condition humaine est en marche », affirme Corine Narassiguin ; cela pue les miasmes d’une pensée complaisante déjà convertie aux nouveaux dogmes religieux des Transhumanistes américains qui envisagent l’avenir comme l’ère d'un Post-humanisme. D'un après l'espèce humaine telle que nous la connaissons.

Un avenir où les Hommes ne seront plus des Hommes, mais des «choses» crées dans les laboratoires d’usines-utérus après séquençages génomiques poussés. Bref un avenir sous la marque de « l’eugénisme libéral ».

topic.jpg

Un avenir futur calibré, où le hasard et la créativité ne seront plus la règle mais l’exception.

Vous l’avez compris écologistes mais également Humanistes nous ne comptons pas parmi les fidèles de cette nouvelle religion et de son église « la Trans-humanie ».

Nouvelle religion, qui, comme toutes les précédentes et toutes les églises, promettent à des ouailles en mal de confiance et de repères l’espoir d’un avenir radieux – immortalité et santé pour tous – pour mieux servir les intérêts d’une une poignée d’influents réseaux souterrains combinant finance pouvoir et aujourd'hui techno-science.

Loin de vouloir nous situer du côté des détracteurs des sciences et des technologies, il nous apparait qu’il convient de  prendre acte du formidable développement de celles-ci et de la place qu’elles occupent dans notre quotidien, la conscience éveillée sans jamais renoncer à une pratique active du doute critique et à la recherche de propositions concrètes libératrices en adéquation avec les réels besoins de l’Humanité.

La philosophie des Lumières nous a placés sur la trajectoire rectiligne d’un progrès continu et sans limite au service de celle-ci s’appuyant sur  la quête de Liberté, l’exercice de la Raison et la Foi dans la perfectibilité de l’Homme. Tel est l’orientation qui  encore et toujours nous mobilisera.

Certes comme le rappelle le biologiste Jacques Testard, qui en 1981, avec  le généticien René Frydman, a apporté sa contribution à la naissance d’Amandine, le premier bébé-éprouvette, « l’accélération récente des capacités techniques apporte de l’eau au moulin transhumaniste dans la plupart des domaines, rendant crédibles des délires jusqu’ici à peine pensables ……. ce mouvement – le transhumanisme – profite de deux phénomènes inédits : d’une part la mort de Dieu qui crée un vide à occuper par d’autres puissances issues de l’homme, d’autre part les catastrophes environnementales qui obligent à réagir au nom de la survie »

Il précise sa critique sur un plan plus politique: «Nos dirigeants nous ont promis toujours plus de bien-être tout en augmentant la proportion de chômeurs, de sans logement, sans papiers, sans racines, sans avenir… Quelques rares penseurs – Illich, Anders, Ellul, Gorz, Charbonneau –  avaient prévu cette issue du « progrès » et proposé l’auto-limitation de la puissance pour que l’homme ne soit pas soumis à la technique et conserve son autonomie qui est une condition de la liberté ».

Qu’il s’agisse de génie scientifique génétique ou technologique, l’extraordinaire réussite de nos investigations nous commande désormais de réagir à la base pour poser les curseurs éthiques et philosophiques du souhaitable possible et de l’irrecevable.

Ce que, soutenus à milliards, nous préparent dans leurs laboratoires ces sinistres fous et les collabos inconscients complètement décervelés qui en font l’éloge directe ou indirecte doit faire l’objet d’une opposition de tous les instants documentée radicale et intelligente.

Des moyens très importants sont actuellement mis en œuvre aux USA pour soutenir les recherches des transhumanistes dans les universités, au Pentagone, dans l’industrie de l’informatique. L’Europe de son côté n’est pas en reste avec son programme Human-brain-project qui vise à fouiller jusqu’au bout de la conscience des Hommes.

Ils nous prévoient l’intelligence artificielle pour 2029 et l’homme immortel pour 2045.

cerveau-3126765-jpg_2765382_652x284.jpg

Cela ne peut pas continuer ! Il n’est pas question de tenter de s’adapter à cette folie scientiste mortifère. Il faut au contraire nous dresser et « gueuler avec force  notre désaccord».

Jacques Testard, encore lui, pose la question : De quels drames seront payés les bouleversements trans-humains ? Ceux qui les proposent ne s’intéressent pas à la précaution mais seulement à la performance ».

Portant un regard inquiet sur le monde Paul Valéry constatait "L'homme moderne est l'esclave de la modernité : il n'est point de progrès qui ne tourne pas à sa plus complète servitude."

La politique doit impérativement retrouver sa place, la pleine mesure de ses droits inaliénables et s’imposer à tout ce qui voudrait faire obstacle à sa souveraineté chaque jour trop escamotée par les lobbies en tout genre – scientistes, industriels, productivistes, consuméristes, militaires, idéologiques ou impérialistes –.

L’Homme doit également retrouver sa place naturelle au cœur des projets de société. La première!  Celle volée par l’économie, par les politiciens vendus et corrompus à la solde des tenants de la reine finance.

La révolution citoyenne à laquelle nous aspirons n’aura pas la saveur fade des promesses et des tartes empoisonnées du changement soi-disant social et démocrate – «Changer la Vie» de François Mitterrand. «Le Changement c’est maintenant » de François Hollande –.

hollande.jpg

Toute la question reste de savoir où sont les Citoyens qui choisiront d’agir pour être en situation d’avoir le droit de placer les curseurs dans le monde de demain et non de blablater comme le propose  la Porte-parole du Parti socialiste Corinne Narassiguin sur une question mille fois étudiée : « qu'est-ce que l'humain ? ».

Pour conclure et tenter d’éclairer encore plus fort le fond de cette critique il m’a semblé utile de terminer provisoirement mon propos en citant à nouveau Jacques Testard, laissant au lecteur le soin d’en faire son miel :

« Mon opinion est que l’homme nouveau - celui dont rêvait Che Guevara - vaut mieux que cet homme augmenté que calculent avec arrogance les ordinateurs. Plutôt que de technologies envahissantes, nos sociétés ont besoin de justice, de convivialité et aussi de sobriété pour la survie d’un monde fragilisé ».

Bernard FRAU

Délégué général Humanisme – Ecologie – République

Groupe 2050 Ethique Humaniste et Transhumanisme

 

(*) Théoricien du transhumanisme et cofondateur de la Singularity University, parrainée financièrement par Google, Ray Kurzweil est depuis 2002 salarié de Google

(**)Philosophe transhumaniste Nick Bostrom a déclaré « Le transhumanisme est plus qu'une simple croyance abstraite que nous sommes sur le point de transcender nos limitations biologiques au travers de la technologie. C'est aussi une tentative pour réévaluer la définition entière de l'être humain comme on la conçoit habituellement »,

(***) Natasha Vita-More est conservatrice du centre d’art et de culture transhumaniste

(****) Hans Peter Moravec fondateur en 2003 la société SEEGRID, dont le projet est de fabriquer un robot totalement autonome, se déplaçant sans intervention humaine.

 

manipulateur-702170.jpg

Déclaration du Mouvement Transhumaniste

 

  1. L’avenir de l’humanité va être radicalement transformé par la technologie. Nous envisageons la possibilité que l’être humain puisse subir des modifications, tel que son rajeunissement, l’accroissement de son intelligence par des moyens biologiques ou artificiels, la capacité de moduler son propre état psychologique, l’abolition de la souffrance et l’exploration de l’univers.
  2. On devrait mener des recherches méthodiques pour comprendre ces futurs changements ainsi que leurs conséquences à long terme.
  3. Les transhumanistes croient que, en étant généralement ouverts à l’égard des nouvelles techniques et en les adoptants, nous favoriserions leur utilisation à bon escient au lieu d’essayer de les interdire.
  4. Les transhumanistes prônent le droit moral, pour ceux qui le désirent, de se servir de la technologie pour accroître leurs capacités physiques, mentales ou reproductives et d’être davantage maîtres de leur propre vie. Nous souhaitons nous épanouir en transcendant nos limites biologiques actuelles.
  5. Pour planifier l’avenir, il est impératif de tenir compte de l’éventualité de ces progrès spectaculaires en matière de techniques. Il serait catastrophique que ces avantages potentiels ne se matérialisent pas à cause de la technophobie ou de prohibitions inutiles. Par ailleurs, il serait tout aussi tragique que la vie intelligente disparaisse à la suite d’une catastrophe ou d’une guerre faisant appel à des techniques de pointe.
  6. Nous devons créer des forums où les gens pourront débattre en toute rationalité de ce qui devrait être fait ainsi que d’un ordre social où l’on puisse mettre en œuvre des décisions responsables.
  7. Le transhumanisme englobe de nombreux principes de l’humanisme moderne et prône le bien-être de tout ce qui éprouve des sentiments qu’ils proviennent d’un cerveau humain, artificiel, post-humain ou animal. Le transhumanisme n’appuie aucun politicien, parti ou programme politique.
  8. Nous prônons une large liberté de choix quant aux possibilités d'améliorations individuelles. Celles-ci incluent les techniques qui pourraient être développées afin d'améliorer la mémoire, la concentration, l'énergie mentale; Des thérapies permettant d'augmenter la durée de vie, ou d'influencer la reproduction; La cryoconservation, et beaucoup d'autres techniques de modification et d'augmentation de l'espèce humaine.

 



16/08/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 613 autres membres