Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

Bientôt le sexe du bébé à la carte en Australie ?

7 septembre 2015, par Pierre Barthélémy

14700740892_2fed60e2ed_k-550x355.jpg
© Kristin Klein.

Pour quelques jours encore, les Australiens peuvent donner par écrit leur avis sur un projet de recommandations éthiques concernant la procréation médicalement assistée, texte présenté par le Conseil national sur la santé et la recherche médicale (NHMRC). Parmi les points soulevés figure une mesure plus que symbolique, qui illustre l'évolution du regard que portent les sociétés occidentales à la fois sur la procréation, sur le désir d'enfant et sur l'enfant à venir lui-même : la possibilité d'offrir à des couples « normaux », c'est-à-dire sans problème de fertilité ni porteurs d'anomalies génétiques, le recours à une fécondation in vitro (FIV) doublée d'un diagnostic préimplantatoire (DPI), ce dans le but unique de pouvoir choisir avec certitude le sexe de leur progéniture. Pour résumer, le sexe du bébé à la carte, ce que le NHMRC appelle pudiquement une « sélection du sexe pour motifs non médicaux ».

La technique en elle-même est éprouvée depuis plusieurs années et on y a souvent recours, dans les familles comportant le risque de voir se développer, chez les garçons, une maladie génétique grave liée au chromosome X – dont les mâles ne disposent que d'un exemplaire – comme l'hémophilie ou la myopathie de Duchenne. Cette procédure consiste tout d'abord à stimuler la production ovarienne chez la future mère afin de récupérer plusieurs ovocytes ensuite soumis à des FIV. A attendre quelques jours que les embryons commencent leur développement. A prélever une cellule de chacun de ces embryons et à analyser leur matériel génétique à la recherche d'une éventuelle anomalie. A implanter, enfin, suite à ce DPI, les embryons sains dans l'utérus maternel. Dans le cas australien, l'analyse génétique pourrait se contenter de déterminer si l'embryon porte deux chromosomes X (pour une fille) ou bien un duo XY (pour un garçon).

Jusqu'ici, les autorités éthiques australiennes estimaient que « l'entrée d'un enfant dans la vie ne devait pas être conditionnée par son sexe », sauf si cela devait empêcher « le risque de transmission d'une maladie génétique grave ». Mais la théorie est une chose et la pratique une autre. Si le NHMRC propose de changer son fusil d'épaule – rien n'est encore définitivement tranché –, c'est en partie devant le constat que les couples australiens désireux de choisir le sexe de leur enfant sont de plus en plus nombreux à opter, quand ils en ont les moyens, pour le tourisme procréatif, à se rendre dans les cliniques de pays autorisant « la sélection du sexe pour motifs non médicaux » comme les Etats-Unis (dans la plupart des Etats), la Thaïlande ou encore Chypre. Or, souligne le texte du NHMRC, « certaines de ces cliniques n'offrent pas la même qualité de soin que celle qui existe en Australie et les gens peuvent s'exposer à des risques, ainsi que la personne à naître ». L'autorisation de cette pratique en Australie serait donc à la fois une manière d'accompagner une évolution inéluctable de la société, tout en garantissant une meilleure sécurité aux mères et aux bébés.

Le texte du NHMRC et ses défenseurs, comme Ian Olver, directeur du Samson Institute for Health Research, expliquent que, dans l'essentiel des cas, il s'agirait de permettre le « rééquilibrage » des familles après la naissance de plusieurs enfants du même sexe. Une sorte d'évolution vers la position israélienne qui autorise le recours au duo FIV-DPI si les quatre premiers enfants sont tous du même sexe. Par ailleurs, l'Australie ne semble pas craindre une dérive du sex ratio telle qu'on l'a observée dans des pays d'Asie comme la Chine ou l'Inde, dont la préférence culturelle pour les garçons est marquée et qui se sont rendus « coupables » de ce que certains qualifient de « génocide invisible » en raison d'un nombre important d'avortements sélectifs de fœtus dont les échographies ont déterminé qu'ils étaient de sexe féminin.

Toutefois, le projet du NHMRC a l'honnêteté intellectuelle de présenter au public le revers de la médaille en se demandant par exemple si, en pratiquant ces FIV-DPI de «confort», on ferait un « usage motivé des ressources médicales ». Le texte met aussi accent sur «la possibilité que la sélection du sexe pour des raisons non médicales renforce les stéréotypes de genre et crée une pression sur la personne née pour qu'elle se conforme aux attentes parentales concernant le genre». Enfin, un dernier argument dépasse la seule question du sexe de l'enfant à naître. C'est l'argument dit de « la pente glissante ». Au nom de la liberté de choix des parents, on commence par le sexe, on continue par la taille, les performances sportives ou physiques et on termine cette quête du bébé parfait par la sélection des embryons au meilleur potentiel intellectuel...

La consultation publique sur ces recommandations éthiques en matière de procréation médicalement assistée se terminera le 17 septembre en Australie. Peut-être n'est-il pas, dans ce contexte, inutile de rappeler que la France, comme une grande partie de ses homologues européens interdit cet usage du DPI. Dans un avis rendu le 15 octobre 2009, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) écrivait : «Le CCNE estime que le recours au DPI au motif que la qualité de la vie de la famille serait augmentée par la possibilité de choisir le sexe d’un futur enfant («family balancing») n’est pas recevable. Ces pratiques suscitent malaise et réticence parce qu’elles réduisent la gravité à une question de perception subjective, sans substrat biologique. Seul l’intérêt (supposé) des couples est pris en compte. L’enfant est traité comme un objet qui obéit à la commande et à la programmation. De même, le DPI ne saurait être accepté au motif que l’enfant gagnerait en qualité de vie s’il bénéficiait de la particularité sensorielle qui lui permettrait de s’intégrer dans une communauté (choix d’avoir des enfants porteurs d’une surdité d’origine génétique lorsque les deux parents sont eux-mêmes sourds par exemple). Ces usages du DPI constituent des formes de dévoiement de la médecine, sa réduction à une ingénierie biologique

Pierre Barthélémy (suivez-moi ici sur Twitter ou bien là sur Facebook)

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2015/09/07/bientot-le-sexe-du-bebe-a-la-carte-en-australie/

Lire aussi : Y a-t-il un génocide invisible des femmes en Asie ?

150423_vn1yl_embryon-humain_sn635.jpg

 

 



11/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 609 autres membres