Humanisme-Ecologie-République

Humanisme-Ecologie-République

A 167 milliards d’euros, la facture de Fukushima a doublé par rapport à 2014

Le ministère de l'Industrie japonais chiffre à 167 milliards d'euros la facture de la catastrophe de Fukushima. Un chiffre toujours en expansion, comme l'explique Dominique Leglu dans son blog "Sciences pour vous et moi".

 

fukushima.jpg
 

Le 27 novembre 2016, le groupe Nikkei chiffre le coût de la catastrophe de Fukushima à 167 milliards d'euros.

 

167 milliards d’euros : tel est le nouveau montant de l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima. Annoncée par le ministère de l’Industrie japonais, cette évaluation a été donnée par le site du Nikkei Asian Review le 27 novembre 2016.

 

C’est plus du double de ce qui avait été annoncé en août 2014, après les travaux du professeur d'économie environnementale Kenichi Oshima (université Ritsumeikan) sur le coût de la catastrophe.

 

Dans un article de son blog "Science pour vous et moi" Dominique Leglu, directrice de la rédaction de Sciences et Avenir, revient sur le fol emballement de la facture de Fukushima.

 

Ces 167 milliards d'euros correspondent aux frais pour compenser les dégâts occasionnés par le dégagement de la radioactivité et aussi démantèlement de la centrale.

 

Selon les journalistes du Nikkei Asian Review, "le ministère de l’Industrie va s’efforcer, lors d’une série de discussions, de trouver un accord avec le ministère des Finances de façon à rehausser un prêt à taux zéro de 76 milliards d’euros destiné à soutenir TEPCO", l’opérateur de la centrale, apparemment incapable d’assurer seul remboursements et investissements (démantèlement avec utilisation de robots, confinement de la radioactivité et traitement des eaux contaminées, décontamination des sols etc.), sauf à faire immédiatement faillite...

 

L'ensemble de nos articles consacrés à la catastrophe provoquée par le tsunami du 11 mars 2016 sont disponibles sur notre page thématique "Fukushima".

 

Source :

4661365086875.jpg

 

Par Dominique Leglu Le 28.11.2016 à 18h20

 

http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/nucleaire/a-167-milliards-d-euros-la-facture-de-fukushima-a-double-par-rapport-a-2014_108463

 

 

images.jpg

 

 

Le point de vue HER 558217_611066385602792_694465029_n.jpg

722202-l-epr-de-flamanville-en-construction-le-19-fevrier-2014-dans-la-manche.jpg

Centrale de Flamanville

A l’heure où l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) vient de rendre publics ses préoccupations quand à la situation du parc nucléaire français et plus généralement de la qualité des procédures de contrôles, - de nombreuses anomalies ont été constatées, certains documents officiels auraient été falsifiés » - l’information du ministère de l'Industrie japonais donne à réfléchir.

La facture de la catastrophe de Fukushima se chiffre à 167 milliards d'euros. Un chiffre dont on ne sait pas encore s’il se maintiendra à ce niveau ou s’il conviendra de le réajuster à la hausse.

Rappelons que le chantier de démantèlement doit s’étaler sur 40 ans. Quant au coût  des travaux il se « murmure » qu’ils seront répercutés sur le prix du KW/H.

Rappelons à titre de comparaison que le budget de la France se situe  aux environs de 2000 milliards d’euros et qu’à l’intérieur de ce budget environs 6 milliards sont conservés pour l’environnement et l’énergie.

On peut légitimement s’interroger à propos de la question de savoir : comment la France pourrait-elle faire face à une pareille catastrophe ?

1509574_3_67f4_la-fermeture-de-la-centrale-de-fessenheim_52dcd1b0c1f29dd08c99cafe133de6ab.jpg

 

Centrale de Fessenheim

Ce d’autant que un grand nombre des réacteurs en activité arrivent ou sont déjà arrivé au seuil fatidique des 40 ans de service, durée prévue avant leur remplacement et que désormais l’on envisage de les utiliser 20 ans de plus.

Il convient aussi de redire que 20 réacteurs sont aujourd'hui à l'arrêt suite aux anomalies de cuve découvertes dans les documents d'AREVA.

Nos dirigeants de droite comme de gauche semblent sur ce dossier d’une légèreté insigne.

2039778lpw-2041660-jpg_3045709.jpg

 

Le parc nucléaire français menace gravement la sécurité des populations et de plus les expose à devoir faire face à des coûts très important en cas de sinistres dont la probabilité augmente au fur et à mesure des durées d’exploitation.

 

Voilà encore un vrai sujet de débat pour les Présidentielles et les législatives 2017.

Bernard FRAU

téléchargement.jpg



28/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 613 autres membres